Brassage de nouvelles idées pour le secteur de la bière

Winnipeg (Manitoba), 11 octobre 2001 – Des fonds fédéraux de plus de 2 millions de dollars aideront les intervenants du secteur canadien de la bière à tirer parti des installations de recherche à service complet qui ont ouvert leurs portes à Winnipeg.

Le député de Charleswood St. James-Assiniboia, M. John Harvard, assistait à l’inauguration officielle du Centre technique canadien de l’orge de brasserie au nom du ministre de l’Agriculture et de l’Agroalimentaire, M. Lyle Vanclief, et de M. Ron Duhamel, ministre des Anciens combattants et secrétaire d’État (Diversification économique de l’Ouest) (Francophonie).

M. Harvard a souligné le rôle actif qu’a joué le gouvernement fédéral dans le développement du Centre, Agriculture et Agroalimentaire Canada ayant versé 200 000 $ par le truchement du Fonds canadien d’adaptation et de développement rural (FCADR) et Diversification de l’économie de l’Ouest ayant fourni 75 000 $ en financement. Il a également souligné le fait que la Commission canadienne du blé avait octroyé 930 000 $ et que la Commission canadienne des grains offre des services et du matériel au Centre, d’une valeur de plus de 850 000 $, pour une période de cinq ans.

Le nouveau Centre abrite une malterie d’une capacité de 100 kilogrammes et une brasserie de trois hectolitres. Ces installations permettront aux experts techniques de faire des travaux de recherche sur des variétés d’orge nouvelles et existantes et de déterminer si elles répondent aux besoins des malteries et des brasseries.

Le secteur canadien de la bière, qui est en plein essor, écoule pour 4,1 milliards de dollars de produits tous les ans sur le marché intérieur et exporte annuellement pour plus de 300 millions de dollars. Pour fabriquer toute cette bière, les brasseurs canadiens utilisent chaque année pour 122 millions de dollars d’orge de brasserie.

« Les nouvelles installations inaugurées aujourd’hui aideront le secteur de la bière à continuer d’évoluer et de répondre aux préférences des consommateurs, d’affirmer M. Harvard. Ce type d’innovation est un volet clé de la vision qu’a le gouvernement du Canada du secteur agricole et agroalimentaire. Il suscite de nouvelles possibilités pour les producteurs d’orge tout en aidant les malteries et les brasseries à créer de nouveaux produits et à améliorer les produits existants qui sont en demande partout dans le monde. »

L’été dernier, à Whitehorse, les ministres fédéral et provinciaux se sont entendus en principe sur un plan d’action national; un volet de ce plan prévoit l’utilisation de la science pour aider le secteur à créer des possibilités économiques par la mise au point de produits novateurs. M. Harvard a fait remarquer que le Centre était un bon exemple de la façon dont ce volet du plan d’action pouvait aider le secteur.

Le Centre est une entité indépendante à but non lucratif qui a été mise sur pied et est financée par les organismes membres du secteur des grains et du maltage. Il offre des services à ses membres et, à titre contractuel, à des clients de l’extérieur.

Au Centre, les experts pourront évaluer le rendement des variétés d’orge nouvellement mises au point à chacune des étapes de la chaîne de transformation. Les installations de maltage du Centre simulent, à une échelle expérimentale, la transformation de l’orge en malt; ce procédé comporte essentiellement trois étapes : trempage, germination et touraillage. Cette façon de procéder permettra aux clients de s’assurer que les nouvelles variétés se comportent bien tout au long de ce processus critique.

À la brasserie du Centre, les brasseurs s’assureront que l’orge maltée tirée de nouvelles variétés et produite à la malterie pilote donne un produit de qualité. Les experts pourront également utiliser de nouvelles variétés de cette céréale pour aider leurs clients à mettre au point de nouveaux produits et recettes.

Le Centre offrira également des services de dépannage; des experts seront à la disposition des clients pour les aider à régler les problèmes qui se posent lors du maltage et du brassage.

Le FCADR, qui a financé en partie ces nouvelles installations, est un programme doté d’un budget de 60 millions de dollars par année qui vise à favoriser la formation de partenariats et à aider le secteur agricole et agroalimentaire canadien à s’adapter à l’évolution de l’économie. Les fonds du FCADR destinés au Centre ont été versés à parts égales par les conseils du Manitoba et de la Saskatchewan, conseils pilotés par le secteur qui distribuent les fonds à des projets spécifiques. Ces deux conseils sont le Conseil d’adaptation rurale du Manitoba et le Conseil de développement communautaire de la Saskatchewan.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Agriculture Canada

http://Aceis.AGR.CA/

Commentaires