Bunge en difficulté

Le commerçant de grains Bunge a dévoilé un autre trimestre difficile avec un bénéfice net en recul de 33% et de 64% depuis le début de l’année. Selon Bunge, les conditions difficiles du marché sont à blâmer, particulièrement en Amérique du Sud. Les producteurs de cette région auraient eu tendance à stocker leurs récoltes plutôt que les vendre.

La direction cite également les marges très faibles à l’échelle mondiale.

La société suisse Glencore a fait une offre d’achat plus tôt cette année et Bunge a laissé entendre en entrevue avec les analystes financiers qu’elle ne fermait pas cette porte. « Nous allons évaluer la meilleure option. Il n’y a pas de retrenchment », a indiqué Soren Schroder, le chef de la direction de Bunge. Cette dernière a annoncé en juillet soumettre un plan de rationalisation afin de réduire ses dépenses de 250M$ d’ici 2019. Les dirigeants se sont dit optimistes pour le reste de l’année financière même si ils notent « des vents contraires » dans le secteur. « Les agriculteurs brésiliens sont de nouveau plus tentés par la vente, les cours étant repartis à la hausse », selon le PDG. En Amérique du Sud, la baisse des marges vient à la fois du rythme très lent des ventes de récoltes et d’une surproduction de tourteaux de soja, indique le communiqué.

En Chine, les résultats ont été pénalisés par la surcapacité de l’industrie. Pour les huiles de table, les résultats se sont plutôt améliorés, surtout en Europe et aux États-Unis, grâce notamment à de nouvelles acquisitions en Europe et à une réduction des coûts aux États-Unis.

Source: AFP

à propos de l'auteur

Commentaires