Cas de salmonellose chez des oiseaux sauvages

Québec, le 8 mai 2000 – Le ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation (MAPAQ) avise la population que des cas de salmonellose aviaire ont été diagnostiqués.







La salmonellose chez les oiseaux de mangeoire n’est pas un phénomène rare; une éclosion semblable avait été rapportée à la même période en 1998.


L’un des laboratoires de pathologie animale du MAPAQ et le Centre québécois sur la santé des animaux sauvages de Saint-Hyacinthe en sont venus à cette conclusion après que des passereaux sauvages aient été trouvés morts dans les régions des Laurentides et de Lanaudière. Dans la majorité de ces cas, les mortalités ont été observées chez des Sizerins flammés attirés aux mangeoires par les ornithologues amateurs. La salmonellose chez les oiseaux de mangeoire n’est pas un phénomène rare; une éclosion semblable avait été rapportée à la même période en 1998.

Au Québec, l’agent responsable de cette salmonellose est habituellement Salmonella Typhimurium. Il s’agit d’une bactérie pouvant présenter un danger pour la santé des humains et des animaux domestiques lorsqu’elle est ingérée. À ce jour, aucun cas n’a été identifié chez les humains relativement à ce problème cette année. Les fientes des oiseaux infectés par la salmonelle peuvent contaminer les mangeoires et les graines et ainsi infecter d’autres oiseaux. Les animaux domestiques, principalement les chats qui chassent, s’infectent au contact des oiseaux atteints ou de leur fientes; ils peuvent ensuite servir de source d’infection pour les personnes. Il y a également un danger de s’infecter directement en manipulant les oiseaux morts ou malades ou au contact de leur fientes. La salmonellose se manifeste généralement par de la fièvre et des symptômes de gastro-entérite.

Recommandations à la population

Le MAPAQ tient à réitérer les précautions à suivre afin de prévenir les zoonoses et demande aux ornithologues amateurs de se montrer prudents :

Les mangeoires d’oiseaux doivent être maintenues dans un bon état d’hygiène et désinfectées de façon hebdomadaire à l’aide d’eau de Javel diluée (1 part dans 9 parts d’eau).

La présence d’oiseaux morts ou malades près d’un site d’alimentation devrait inciter son propriétaire à cesser temporairement de nourrir les oiseaux afin d’éviter la propagation de la maladie. Les mangeoires doivent alors être désinfectées et les graines répandues au sol doivent être ramassées et éliminées. Éviter d’utiliser l’évier de la cuisine pour ces opérations de nettoyage et porter des gants de caoutchouc.

Il est également recommandé de ne pas toucher aux oiseaux morts ou malades les mains nues et d’empêcher les enfants et les animaux domestiques de les toucher. Si un oiseau mort doit être manipulé, il est recommandé de porter des gants de caoutchouc ou de se protéger les mains avec un sac de plastique que l’on renverse sur l’oiseau. Il est essentiel de se laver les mains après avoir manipulé des oiseaux ou des mangeoires contaminés avant de faire d’autres activités telles que manger ou fumer.

En cas de doute, il est recommandé de consulter votre médecin ou votre médecin vétérinaire, selon le cas.

Toute mortalité inhabituelle d’oiseaux sauvages doit être signalée à la Société de la faune et des parcs du Québec au numéro (418) 521-3830 ou au 1-800-561-1616.

Informations supplémentaires

Le MAPAQ met à la disposition de la population divers outils d’information. Il suffit de communiquer sans frais avec la Direction générale de l’Alimentation au 1 800 463-5023 pour obtenir ces documents ou tout renseignement additionnel.

Le Ministère assure la population que toutes les mesures sont prises afin de protéger la santé des Québécoises et Québécois.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Ministère de l’agriculture des pêcheries et de l’alimentation du Québec (MAPAQ)

http://www.agr.gouv.qc.ca/

Société de la faune et des parcs du Québec

http://www.fapaq.gouv.qc.ca

Commentaires