Conférence ministérielle de Hong Kong : des progrès réels mais beaucoup de travail encore

Ottawa (Ontario), 18 décembre 2005 – Le ministre du Commerce international, M. Jim Peterson, et le ministre de l’Agriculture et de l’Agroalimentaire, M. Andy Mitchell, ont publié la déclaration conjointe suivante à l’issue de la Conférence ministérielle de l’Organisation mondiale du commerce (OMC) qui a eu lieu à Hong Kong du 13 au 18 décembre 2005.

« Le Canada et les 148 autres membres de l’OMC sont venus à Hong Kong pour faire progresser les négociations portant sur l’ambitieux programme de commerce mondial négocié à Doha, au Qatar en 2001.

« Au Canada, 70 p. 100 du produit intérieur brut et un emploi sur cinq sont liés au commerce, de sorte que les entreprises et les producteurs agricoles ont besoin de règles transparentes et prévisibles et d’un accès élargi aux marchés. C’est à l’OMC que cela peut se réaliser.

« Le texte donne au Canada la latitude d’atteindre ses objectifs dans des secteurs essentiels. Un certain nombre de propositions et d’idées canadiennes sont reprises dans la Déclaration, notamment en ce qui concerne l’accès aux marchés pour les produits non agricoles et le soutien interne à l’agriculture. Nous sommes également heureux de voir que les objectifs du Canada ont été atteints relativement au traitement des produits sensibles et aux entreprises commerciales d’État exportatrices.

« Des progrès réels ont bel et bien été accomplis à la Conférence ministérielle de Hong Kong dans les domaines de l’accès aux marchés pour les produits non agricoles, les services, les subventions à l’exportation en agriculture et l’accès aux marchés en franchise et hors contingent pour les pays les moins avancés, mais il reste encore beaucoup à faire. Nous travaillerons d’arrache-pied avec les pays membres et les parties intéressées canadiennes pour que les négociations s’achèvent d’ici la fin de 2006.

« Le Cycle de Doha, c’est la voie à suivre. Il s’agit d’une occasion unique en l’espace d’une génération de faire avancer la prospérité et le développement et de sortir des millions de personnes de la pauvreté. Les pays en développement doivent tirer profit du commerce mondial.

« En maintenant un dialogue régulier et ouvert avec les provinces, les territoires, les groupes d’entreprises et les intéressés du secteur agroalimentaire au sujet des positions de négociation du Canada avant, pendant et après la Conférence ministérielle de Hong Kong, le Canada continuera d’assurer une forte présence à la table de négociation. Les groupes consultés nous ont donné des avis qui ont guidé et renforcé fondamentalement nos orientations, et nous les remercions de leur apport constant. »

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Agriculture Canada
http://Aceis.AGR.CA/

Ministère des Affaires étrangères et du Commerce international
http://www.dfait-maeci.gc.ca/

Commentaires