Conférence sur le bien-être des animaux d’élevage

Gatineau (Québec), 25 septembre 2002 – Le premier atelier à être organisé jusqu’ici au
Canada sur le bien-être des animaux d’élevage a pris fin le 24 septembre 2002 à Gatineau.

Au cours des deux derniers jours, un large éventail de parties
intéressées ont échangé des vues sur les orientations à donner au
bien-être des animaux d’élevage. Les participants ont traité d’un certain nombre de questions, notamment de la pertinence des codes canadiens facultatifs de pratiques pour le soin des animaux d’élevage. Les échanges ont permis d’entendre le point de vue des

producteurs, de transformateurs, des groupes de consommateurs, des
organismes voués au bien-être des animaux, des universitaires, des
représentants gouvernementaux et d’autres parties.

« Ces trois dernières années, les magasins d’alimentation et les
restaurants à succursales aux Etats-Unis ont élevé la voix pour
exiger l’application de certaines normes de bien-être des animaux
dans leur circuit d’approvisionnement. L’Union européenne est en
voie d’harmoniser ses normes dans ce domaine par le truchement
d’ententes internationales, a affirmé le coprésident du Comité
directeur, M. David Fraser, professeur en bien-être des animaux à
l’Université de la Colombie-Britannique. L’atelier a réuni un
groupe varié de Canadiens qui ont discuté des normes nationales de
bien-être des animaux d’élevage dans un monde en rapide
évolution. »

« Même si le secteur canadien s’emploie à appliquer les normes les

plus rigoureuses de bien-être des animaux d’élevage, un certain
nombre de facteurs exercent une influence, a poursuivi M. Bill
Ballantyne, directeur des Services techniques à Maple Leaf Pork et
coprésident du Comité directeur. D’autres intervenants intègrent
dans leurs politiques des lignes directrices en matière du
bien-être des animaux, ce qui pourrait nous inciter à adapter nos
normes et nos règlements en vue de répondre aux besoins d’un
marché large et varié. »

L’évolution des marchés a suscité des questions de la part des
consommateurs et du secteur agricole et agroalimentaire sur les
méthodes actuellement utilisées pour assurer le bien-être des
animaux d’élevage. Ces questions et leurs répercussions ont été
traitées au cours de l’atelier afin d’aider à établir
l’orientation à venir des programmes de bien-être des animaux
d’élevage au Canada.

« Les éleveurs canadiens cherchent à améliorer leurs pratiques de
production parce qu’ils reconnaissent depuis longtemps
l’importance d’une bonne conduite de l’élevage, a pour sa part
affirmé Martin Rice du Conseil canadien du porc. Les consommateurs de produits d’origine animale s’attendent de plus en plus à ce que les pratiques de bien-être des animaux soient bonnes et à ce que les produits qu’ils achètent proviennent d’animaux élevés sans cruauté ».

« La Fédération des sociétés canadiennes d’assistance aux animaux
(FSCAA) est ravie que les participants représentant divers points
de vue s’entendent sur la nécessité urgente d’examiner les normes
et les pratiques de bien-être des animaux et de s’assurer à ce
qu’elles soient transparentes et vérifiables », a mentionné M. Bob
Van Tongerloo de la FSCAA.

Les actes de l’atelier seront prêts sous peu et donneront aux
Canadiens intéressés l’occasion de faire connaître leur point de
vue.

Commentaires