Crise financière des producteurs de lait : départ du Convoi pour un lait équitable

Québec (Québec), 8 décembre 2004 – Le Convoi pour un lait équitable est enmarche. Cinq productrices et producteurs de lait ont quitté l’Assemblée nationale le 8 décembre, à bord de leur tracteur, afin de sensibiliser la population et les gouvernements à la crise financière qui frappe le secteur de la production laitière au Québec. Ils parcourront plus de 500 kilomètres enune semaine afin d’atteindre le Parlement d’Ottawa le 15 décembre prochain.Ils arriveront dans la Capitale fédérale à la veille d’une annonce surl’ajustement du prix du lait à la ferme par la Commission canadienne du lait(CCL). Les producteurs demandent à la CCL d’ajuster le prix du lait de manièreà couvrir le coût de production moyen au Canada, incluant une rémunérationéquitable du travail des exploitants.

Chaque producteur pose ce geste au nom des producteurs de lait de sarégion. Le convoi est actuellement composé de représentants des régions deQuébec, de la Gaspésie, du Bas Saint-Laurent, de la Côte-du-Sud et du Saguenay-Lac-Saint-Jean.

M. Eric Ferland est producteur laitier à Sainte-Agathe-de-Lotbinière. Agéde 28 ans, il est le représentant de la région de Québec. « Je représente latroisième génération d’agriculteurs sur la ferme familiale et j’en suis trèsfier. Mais la fierté, ça ne donne pas à manger. Ce que je vois autour de moi,c’est que les revenus ne suivent pas les dépenses. Cela signifie que desprojets sont reportés et même annulés. Je participe au Convoi pour un laitéquitable, pour faire ma part et pour témoigner de la situation qui estdevenue intenable pour tout le monde, y compris la relève », affirmeM. Ferland.

Une crise sans précédent
Les producteurs ont de la difficulté à joindre les deux bouts depuisplusieurs années parce que le prix qu’ils reçoivent pour leur lait n’a passuivi l’augmentation de leurs coûts. La découverte d’un cas d’encéphalopathiespongiforme bovine (ESB) en Alberta en mai 2003 n’a fait qu’aggraver unesituation financière déjà difficile. Les producteurs ont perdu toute marge demanoeuvre. Cela met en péril l’avenir de nombreuses fermes laitières. Lesproducteurs de lait revendiquent un revenu décent pour eux et leur familleafin de pouvoir maintenir la viabilité de leur ferme et vivre dignement deleur profession.

Malgré des semaines de travail de 80 heures, les producteurs et leurfamille ne retirent qu’un peu plus de 30 000 $ des activités de la ferme.C’est deux fois moins que le revenu moyen d’une famille québécoise qui tourneautour de 66 000 $.

« Ce n’est pas tolérable que, dans un secteur où tous les partenaires desproducteurs réalisent de bons bénéfices, nous soyons les seuls à ne pasjoindre les deux bouts. Nous ne demandons pas de subventions. Nous voulons unepart équitable de la richesse que nous contribuons à créer », souligne leprésident de la Fédération des producteurs de lait du Québec, M. MarcelGroleau.

Une grande proportion des producteurs doivent réduire leursinvestissements, augmenter leur endettement et se payer des salairesdérisoires afin de rester en affaires. Mais cela ne pourra dureréternellement. A long terme, c’est le développement de la production laitièredans son ensemble qui est compromis par cette situation.

Pour solutionner cette crise financière, les producteurs réclament de laCommission canadienne du lait (CCL) une hausse du prix du lait à la fermepermettant de combler l’écart entre le coût de production moyen au Canada etle prix qu’ils reçoivent pour leur lait. Cet écart se chiffre actuellement àenviron 7 cents le litre. Le président de la CCL, M. John Core, convient qu’unrattrapage est nécessaire et a indiqué en juillet dernier que « la CCL s’engageà ajuster de façon importante le prix qui sera annoncé en décembre ». Ladécision de la Commission est attendue à la mi-décembre.

Des cinq producteurs qui ont quitté Québec ce matin, certainsemprunteront un trajet sur la rive sud du fleuve Saint-Laurent et d’autresvoyageront sur la rive nord. Lorsqu’ils traverseront une nouvelle région, unreprésentant de celle-ci se joindra à eux. Les producteurs se regrouperontprès de Lachute (Laurentides) le 12 décembre et poursuivront, ensemble, leurroute vers Ottawa. Lors de son arrivée à Ottawa, le convoi sera composé de 14producteurs. Au cours de ce périple qui les mènera « d’un Parlement à l’autre »,les producteurs seront accueillis et hébergés par d’autres producteurs de laitet leur famille.

Au Canada, le prix du lait à la ferme est réglementé. C’est la Commissioncanadienne du lait, un organisme qui relève du ministre fédéral del’Agriculture, qui fixe ce prix. Le mandat de la Commission est de s’assurerque les producteurs reçoivent un prix qui leur permet de couvrir leurs coûtsde production incluant une rémunération adéquate de leur travail.

Pour plus d’information sur le trajet du convoi, le profil desproducteurs qui en font partie ou la situation financière des producteurs delait : www.laitequitable.ca .

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Commission canadienne du lait (CCL)
http://www.cdc.ca

Fédération des producteurs de lait du Québec
http://www.lait.org

Commentaires