Croissance modeste des exportations dans l’agroalimentaire, selon les prévisions de la SEE

Ottawa (Ontario), 10 mai 2001 – On s’attend à une nouvelle croissance modeste des exportations de produits agroalimentaires, qui pourraient passer de tout juste 7 % en 2000 à une moyenne annuelle de 8 % en 2001 et 2002, d’après les prévisions à l’exportation publiées par la Société pour l’expansion des exportations (SEE). Ces exportations, ainsi que celles des secteurs des télécommunications, de l’aérospatiale, des ressources, des biens de consommation et des services, seront en tête de la croissance des ventes canadiennes à l’exportation en 2001 et 2002.

« Cette reprise des exportations dans l’agroalimentaire a commencé l’an dernier, alors que ce secteur n’avait pratiquement connu aucune croissance depuis deux ans, et elle continue » souligne Stephen Poloz, vice-président et économiste en chef de la SEE. Plus de la moitié de la croissance prévue viendra de l’augmentation des volumes. Les perspectives quant aux prix sont variées, conjuguant de bonnes hausses sur certains produits de base clés comme le blé, les céréales secondaires et les farines, à un maintien des prix bas ou même à des baisses pour d’autres, comme les viandes et les oléagineux.

L’amélioration des exportations de l’agroalimentaire découlera du raffermissement des ventes au Japon, aux autres marchés asiatiques et à la zone Euro. Vers cette dernière région, les exportations sont passées d’une chute proche de 15 % en 2000 à une croissance de 6 à 7 % pour la période envisagée, ceci étant largement attribuable à la demande plus forte de blé, de produits de la pêche, de farines et de viandes.

Les meilleures perspectives pour les exportations de l’agroalimentaire viennent surtout de la croissance élevée des exportations de blé et de farines en 2002. Voici un aperçu par produit :

  • Les exportations de blé bénéficieront du raffermissement des cours (environ 6 à 8 %) tandis que les volumes diminueront en 2002.
  • Les exportations d’orge et de céréales secondaires progresseront légèrement en 2001, grâce principalement a la première hausse des cours depuis quatre ans. La croissance sera moins forte en 2002, car les effets de cette hausse se dissiperont.
  • Les exportations d’oléagineux devraient afficher une croissance positive au cours de la période, les Européens devant passer à des produits à base d’oléagineux pour la nourriture des animaux. Les produits de la pêche devraient quant à eux connaître une croissance moins forte étant donné la demande plus faible en provenance des États-Unis. Cependant, les exportations de ces produits devraient augmenter sur presque tous les autres marches, notamment ceux d’Asie et de la zone Euro.
  • La croissance des exportations de viandes connaîtra un ralentissement jusqu’en 2002 étant donné que les États-Unis abattront de plus en plus de bétail et que les cours du porc vont encore baisser.

Dans l’ensemble, les exportations canadiennes devraient connaître une croissance de 2 à 3 % cette année et de 7 à 8 % en 2002.

Pour consulter les prévisions semestrielles mondiales de la SEE, veuillez visiter le site Web de la Société. Ce rapport contient une analyse complète de la conjoncture économique politique mondiale ainsi qu’une analyse détaillée par province et par secteur.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Société pour l’expansion des exportations (SEE)

http://www.edc-see.ca

Commentaires