CropLife Canada contestera en Cour suprême le règlement municipal sur les pesticides de la Ville de Toronto

Toronto (Ontario), 10 août 2005 – CropLife Canada et le Conseil canadien de la lutte antiparasitaire en milieu urbain ont annoncé leur intention de contester, devant la Cour suprême du Canada, la légitimité d’un règlement municipal de la Ville de Toronto interdisant l’utilisation de produits antiparasitaires, produits qui offrent des avantages prouvés.

CropLife Canada demande à la Cour suprême du Canada de statuer sur sacontestation du règlement municipal de la Ville de Toronto. « Les produitsantiparasitaires, déjà réglementés par Santé Canada, procurent de nombreuxavantages à la population canadienne », a déclaré Lorne Hepworth, président deCropLife Canada. « Sans pesticides, nous connaîtrions une baisse de laproduction alimentaire et une hausse du prix des aliments », a ajoutéM. Hepworth.

« Le fait que des municipalités puissent retirer à la population, sansaucune preuve scientifique pour étayer leurs dires, les avantages que procureune législation fédérale aux fondements scientifiques solides préoccupegrandement CropLife Canada et ses membres », a affirmé M. Hepworth. « Lesrèglements municipaux qui limitent l’utilisation de produits antiparasitaireshomologués vont à l’encontre du système fédéral de réglementation de telsproduits et restreignent l’accès du public à des produits qui offrent desavantages prouvés. »

CropLife Canada est d’avis que la question de l’accès à des produitsantiparasitaires homologués préoccupe la population canadienne; c’est pourcette raison que l’association dépose cette requête devant le plus hauttribunal du pays. Même si l’on compte peu de fermes dans la ville de Toronto,ce règlement municipal crée un précédent qui inquiète les agriculteurscanadiens. Laisser aux municipalités le pouvoir de réglementer en matière depesticides, voire interdire leur utilisation, équivaut à violer le droit desagriculteurs, et de la population en général, de tirer parti des technologiesde lutte antiparasitaire. « La Cour suprême doit tenir compte des avantages queprocurent les produits antiparasitaires », a déclaré M. Hepworth. Des étudesconfirment ces avantages; sans l’utilisation de pesticides, les coûts de laproduction alimentaire augmenteraient de 75 %, et le prix de détail desaliments, de 27 %.

« L’agriculture occupe une part essentielle de la vie économique,politique et sociale du Canada. Elle est le moteur de nombreuses collectivitéset contribue de manière importante au bien-être de l’ensemble de la populationcanadienne », a déclaré Bob Friesen, président de la Fédération canadienne del’agriculture (FCA), la plus grande association agricole du Canada. « Lesagriculteurs doivent avoir accès aux pesticides homologués par le gouvernementfédéral afin de pouvoir assurer une production agricole satisfaisante etprévenir toute une série d’infestations sur leurs terres. L’agriculture sepratique même sur le territoire de nos grandes villes. Les lois et lesrèglements municipaux doivent prendre en considération les besoins desagriculteurs canadiens et les respecter. »

CropLife Canada est l’association commerciale qui représente lesconcepteurs, les fabricants et les distributeurs de produits novateurs enmatière de phytologie (produits antiparasitaires et biotechnologie végétale)destinés à des usages de santé publique, ainsi qu’en milieu agricole eturbain. CropLife Canada croit en la sécurité et en l’innovation, appuyées parune recherche continue et un engagement solide en matière de gestion saine.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

CropLife Canada
http://www.croplife.ca/

Fédération Canadienne de l’agriculture
http://www.cfa-fca.ca/

Commentaires