Cultiver après une inondation

Des producteurs de coton, maïs et soya du delta du Mississippi, aux États-Unis, commencent à se faire à l’idée qu’ils ne cultiveront rien cette année dans leurs champs encore inondés.

À Greenville, au Mississippi, l’eau a dépassé le seuil maximal habituel le 28 avril dernier. On prévoit que l’inondation qui sévit ne se résorbera pas avant le 20 juin, rapporte Delta Farm Press.

Plusieurs experts estiment qu’avec le temps qu’il faudra ensuite pour que la terre s’assèche adéquatement, il sera préférable de tout simplement rien tenter de récolter cette année dans les champs qui auront été inondés. « Avec le prix de la semence, c’est très risqué de semer au milieu de juillet ou plus tard », dit Wayne Ebelhar, chercheur au Delta Research and Extension Center à Stoneville.

Plusieurs défis attendent les producteurs une fois les eaux retirées : un sol privé d’oxygène pendant plusieurs semaines, des éléments fertilisants disparus, des débris, une possible contamination chimique et d’éventuels problèmes de compaction.

La croyance générale veut qu’un sol soumis à une inondation soit plus fertile, en raison des nutriments qui s’y déposent. Dans le delta du Mississippi, cela n’est pas vrai, affirme Larry Oldham, spécialiste des sols au Mississippi State University Extension Service.

Les producteurs ont plus de chance de retrouver des débris encombrants, comme des arbres déracinés, des animaux morts et des déchets, dit Larry Oldham, interviewé par Delta Farm Press. Des pesticides et des produits pétroliers peuvent aussi s’être déposés.

Il pourra être tentant d’utiliser de la machinerie agricole sur ces terres dès l’eau retirée, mais gare à la compaction. En conduisant sur des sols détrempés, on compacte de 25 à 50 cm sous la surface. Cela limite beaucoup le développement racinaire, tout en réduisant la capacité du sol d’absorber de l’eau.

La meilleure solution pour 2011 sera probablement de semer un engrais vert et de procéder à des échantillons de sol, dans le but de rétablir les taux de phosphore et d’azote en prévision des semis de 2012.

Terres inondées du Mississippi en photos

Commentaires