Début des travaux de la commission du BAPE sur l’industrie porcine

Montréal (Québec), 5 septembre 2002 – Le ministre d’Etat aux Affaires municipales et à la Métropole, à l’Environnement et à l’Eau, M. André Boisclair, est heureux d’annoncer le début des travaux de la commission du Bureau d’audiences publiques sur l’environnement (BAPE) chargée de mener une consultation sur le développement durable de l’industrie porcine au Québec.

Pour le ministre Boisclair, la réflexion qui s’amorce revêt une

importance majeure « puisqu’elle répond aux attentes de la population, des
producteurs et productrices agricoles ainsi que des groupes qui souhaitent un
développement harmonieux de l’industrie porcine dans le respect de
l’environnement et de la qualité de vie des citoyennes et des citoyens ».

Le ministre a rappelé que cette démarche accompagne le temps d’arrêt de
deux ans, décrété par le gouvernement, pour toute nouvelle exploitation
porcine dans 281 municipalités ciblées. Cette démarche s’inscrit également
dans un plan d’ensemble pour mieux protéger l’environnement et la santé
publique en milieu agricole. Ce plan comprend la modernisation des règlements
sur la qualité de l’eau potable et sur le captage des eaux souterraines,
l’élaboration d’une politique nationale de l’eau, le nouveau règlement sur les
exploitations agricoles qui met de l’avant une approche « ferme par ferme » et

qui prévoit des sols équilibrés en phosphore, l’ajout de 100 nouveaux postes
au ministère de l’Environnement ainsi qu’une étude sur la qualité de l’eau
potable dans 159 municipalités où l’on trouve les plus importants surplus de
fumier.

Créée par le ministre afin d’encourager la participation publique au
débat, la commission du BAPE a pour mandat d’établir le cadre du développement
durable de la production porcine en tenant compte des aspects économiques,
sociaux et environnementaux. Elle devra aussi examiner les modèles de
production porcine présents au Québec, en dégager leurs forces et faiblesses
et identifier leurs impacts sur les milieux et sur le secteur de
transformation. A cette fin, elle aura le mandat plus spécifique de proposer
un ou des modèles de production fondés sur le principe du développement
durable.

« Répondre aux exigences du développement durable, c’est susciter la

participation citoyenne dans un esprit de dialogue, de confiance et de
concertation. J’invite donc les personnes et les organismes intéressés à se
prévaloir de leur droit de parole à l’occasion de ce forum unique qui se veut
un outil de conciliation entre les intérêts des citoyens, ceux des producteurs
agricoles et les impératifs environnementaux », a conclu le ministre Boisclair.

La commission devra remettre son rapport au plus tard le 15 septembre
2003.

On peut obtenir l’information sur les travaux de la commission du BAPE
sur le développement durable de la production porcine au Québec en consultant
le site Internet du BAPE.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Bureau d’audiences publiques sur l’environnement (BAPE)

http://www.bape.gouv.qc.ca/

Ministère de l’Environnement du Québec

http://www.menv.gouv.qc.ca

Commentaires