Des capteurs dans des packs de yaourts

Paris (France), 24 novembre 2001 – L’Association nationale des industries alimentaires (ANIA) et le Cemagref (Centre de machinisme agricole du génie rural des eaux et des forêts) ont annoncé vendredi le lancement de la première phase de tests de leur audit sur la chaîne du froid visant à détecter les éventuelles faiblesses et à apporter au besoin des améliorations.

Quatre vingt capteurs devaient être introduits à compter de vendredi dans des packs de yaourts produits par quatre industriels (Danone, Nestlé, Senoble et Novandie) et distribués à l’échelle nationale par les commerçants.

Ces capteurs, selon un communiqué de l’ANIA et du Cemagref, doivent enregistrer pendant une durée de 28 jours la température du produit à tous les stades de sa distribution et de sa conservation jusque dans les réfrigérateurs des consommateurs.

« Afin que cette opération soit validée grâce à un retour important des capteurs, les consommateurs en possession de l’un d’entre eux sont incités à le retourner au Cemagref moyennant un dédommagement de 25 euros », précise le communiqué.

Une fois validée la méthodologie mise au point par le Cemagref pour cette campagne de tests, la deuxième phase pourra commencer: 400 produits réfrigérés seront concernés l’an prochain dans les secteurs lait, charcuterie et viande. Les résultats du suivi des températures obtenus seront communiqués d’ici fin 2002.

Le ministère de l’Agriculture est partenaire de l’opération et plusieurs associations de consommateurs ainsi que l’Agence française de la sécurité sanitaire des aliments (AFSSA), la répression des fraudes (DGCCRF), la Fédération nationale des transporteurs routiers (FNTR) ou encore les fabricants d’appareils électro-ménagers (GIFAM) et les entrepôts frigorifiques (USNEF) sont associés à cet audit.

Au cours d’une enquête réalisée par BVA l’an dernier par l’ANIA sur la perception qu’ont les consommateurs de la sécurité sanitaire des aliments, 85% des personnes interrogées avaient jugé qu’un meilleur contrôle de la chaîne du froid des produits frais était l’une des actions nécessaires à l’amélioration de la sécurité alimentaire.

Source : AP

Commentaires