Des dirigeants agricoles soulignent la plantation du milliardième acre de cultures biotechniques

Illinois (États-Unis), 9 mai 2005 – Des dirigeants agricoles de l’American Soybean Association (ASA), la National Corn Growers Association (NCGA) et la National Cotton Council (NCC) se sont réunis à Chicago pour souligner la plantation du milliardième acre de cultures biotechniques. Desreprésentants de l’association Truth About Trade and Technology (TATT) étaientégalement présents pour parler d’un compteur utilisé pour dénombrer les acresde cultures biotechniques plantés un peu partout dans le monde.

« Les fermiers des Etats-Unis adoptent la biotechnologie parce qu’ils enmesurent l’aspect sécuritaire, les avantages et le potentiel », a soulignéDarrin Ihnen, fermier du Dakota du Sud qui préside le groupe de travail sur labiotechnologie de la NCGA. « En tant que fermier, c’est important pour moi detrouver des façons d’être plus efficient. La biotechnologie aide à réduire laquantité d’insecticides et d’herbicides que je dois utiliser. »

La biotechnologie entraîne également moins d’érosion du sol, moinsd’émissions de gaz et moins d’entraînement des herbicides, ce qui favorise deseaux souterraines, des rivières et des ruisseaux plus propres.

« Le milliardième acre de cultures biotechniques a été planté et je suisravi que nous soulignions ce jalon », a déclaré Dean Kleckner, fermier del’Iowa et président de la TATT. « La vitesse fulgurante à laquelle les fermiersdu monde entier ont adopté cette technologie parle d’elle-même. »

Vu l’augmentation de la population mondiale, le Fond des Nations Uniespour la population a déclaré que les agriculteurs devront produire environ 75% plus d’aliments par acre d’ici 2020 pour répondre à la demande prévue.

« Les fermiers sont à la fois producteurs et consommateurs des aliments etdes fibres provenant de nos fermes », a souligné Neal Bredehoeft, fermier duMissouri qui préside l’ASA. « Cette position dualiste nous aide à reconnaîtreque la biotechnologie est une forme d’une longue lignée de progrès qui ontaidé à rendre notre approvisionnement en aliments et en fibres parmi les plussûrs et les plus sains au monde. »

En tout et partout, 6 % du canola, 11 % du coton, 23 % du mais et 60 % dusoja est cultivé à partir de stock de départ biotechnologique.

« J’ai bon espoir que la prochaine génération de caractéristiques descultures biotechniques rehaussera la qualité des fibres, améliorera lasalubrité alimentaire et permettra aux plantes d’avoir une meilleure toléranceau stress et de croître dans des sols salins », a affirmé Craig Shook,producteur de coton texan et secrétaire-trésorier du NCC.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

American Soybean Association
http://www.soygrowers.com/

National Corn Growers Association
http://www.ncga.com

Commentaires