Des députés libéraux veulent qu’Ottawa aide les producteurs d’éthanol

Ottawa (Ontario), 28 janvier 2003 – Les députés libéraux fédéraux des comtés ruraux demandent au ministre des Finances d’inclure dans son budget de février des subventions de 400 millions $ aux producteurs d’éthanol, une belle façon, selon eux, d’atteindre les objectifs de Kyoto. Mais le ministre John Manley ne veut rien promettre.

L’éthanol, produit principalement à partir de maïs ou de blé, engendre moins de smog et de pollution à effet de serre que l’essence, ont soutenu les députés ruraux, mardi.

Un fonds pour l’éthanol créerait de nouveaux emplois et de nouveaux marchés pour les agriculteurs, a fait valoir Murray Calder, le président du caucus rural des libéraux, en conférence de presse. « Pour notre secteur agricole (…) cela crée un marché à valeur ajoutée, accroît le développement économique dans les régions rurales du pays et élargit les débouchés. »

Interrogé aux Communes à ce sujet, M. Manley est resté évasif, se bornant à dire qu’il continuerait à travailler avec ses collègues à la recherche de sources d’énergie de rechange « pour nous aider à atteindre nos objectifs de Kyoto ».

Au plan économique, l’éthanol ne peut concurrencer l’essence, mais Ottawa en fait déjà la promotion pour des raisons environnementales. Le plan fédéral pour l’atteinte des objectifs du Protocole de Kyoto prévoit que 35 pour cent de l’essence canadienne devra contenir 10 pour cent d’éthanol d’ici 2010. La mise en oeuvre de ce plan verrait la production d’éthanol passer de 240 millions de litres par an actuellement à 1 milliard de litres en 2010.

Mais des règlements ne suffisent pas à assurer la construction de nouvelles usines; le Canada pourrait se trouver forcé d’importer davantage d’éthanol des Etats-Unis, disent les députés ruraux. M. Calder croit que l’investissement du gouvernement dans la production d’éthanol ne constituerait pas une subvention indirecte au secteur agricole. Il s’agirait plutôt d’une mesure incitative, selon lui.

L’industrie pétrolière s’oppose aux subsides gouvernementaux pour l’éthanol et elle soutient que les avantages de l’éthanol pour l’environnement sont surestimés.

De son côté, John Bennett, du Sierra Club, a exprimé certaines réserves devant le projet de produire de l’éthanol à partir de maïs et de blé. A son avis, ces céréales auraient plus de valeur si elles étaient utilisées comme nourriture. « Pour ce qui est des gaz à effet de serre, il est beaucoup plus intéressant d’accroître l’efficacité énergétique des véhicules que de fabriquer de l’éthanol », a-t-il dit. Cependant, ajoute-t-il, des usines d’éthanol comporteraient d’autres avantages, comme la création d’emplois dans les régions.

Source : PC

Commentaires