Des nouveaux permis d’exploitation d’érablières seront accordés sur les terres publiques en Gaspésie

Charlesbourg (Québec), le 9 juin 2000 – Le ministre des Ressources naturelles, monsieur Jacques Brassard, et le ministre de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation, monsieur Rémy Trudel, ont annoncé aujourd’hui l’émission de nouveaux permis de culture et d’exploitation d’érablières sur les terres publiques de la région de la Gaspésie-Iles-de-la-Madeleine.







Dès cette année, quelque 1 200 hectares additionnels seront disponibles sur les terres publiques afin de soutenir le développement de l’industrie acéricole gaspésienne et de participer au développement économique de la région.


Dès cette année, quelque 1 200 hectares additionnels seront disponibles sur les terres publiques afin de soutenir le développement de l’industrie acéricole gaspésienne et de participer au développement économique de la région. Ils viennent s’ajouter aux 1 300 hectares en exploitation, actuellement, sur les terres publiques, et aux 1 000 hectares sur les terres privées.

« Cette décision, qui devrait créer 50 emplois, environ, fait partie intégrante du « Plan de relance de la Gaspésie ». L’émission de ces nouveaux permis a le double avantage d’augmenter de façon significative la part de la forêt publique gaspésienne dans le développement de l’industrie acéricole, tout en répondant à des demandes déjà formulées par divers promoteurs », a déclaré le ministre Jacques Brassard.

Comité MRN-MAPAQ sur l’acériculture

Lors du Sommet sur le secteur agroalimentaire, tenu en mars 1998, la Table « Filière acéricole » avait convenu de doubler la production acéricole québécoise aux cours des prochaines années. Cette approche nécessite la collaboration des intervenants aussi bien en forêt privée que publique. En ce qui concerne les forêts publiques on se rappellera que le rapport du Comité interministériel MRN-MAPAQ sur l’acériculture, rendu public le 26 mai dernier, recommande de consacrer, pour l’ensemble du Québec, 25 000 hectares additionnels de terres publiques au développement de l’industrie acéricole.

« La production acéricole gaspésienne devrait s’accroître d’environ 50 % grâce à l’émission de ces nouveaux permis. Celle-ci se fera en tenant compte d’un certain nombre de facteurs, dont l’évolution du marché des produits de l’érable, les volumes de production et les stocks de sirop accumulés. La Gaspésie est donc la première région à bénéficier des orientations découlant du Comité interministériel MRN-MAPAQ sur l’acériculture », ont conclu les ministres Brassard et Trudel.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Ministère de l’agriculture des pêcheries et de l’alimentation du Québec (MAPAQ)

http://www.agr.gouv.qc.ca/

Ministère des Ressources Naturelles du Québec

http://www.mrn.gouv.qc.ca/

Commentaires