Destruction intégrale de toutes les volailles de la vallée du Fraser en Colombie-Britannique

Ottawa (Ontario), 5 avril 2004 – L’honorable Bob Speller, ministre de l’Agriculture et de l’Agroalimentaire et ministre responsable de l’Agence canadienne d’inspection des aliments (ACIA) a annoncé que toutes les volailles d’élevage commercial et tous les oiseaux de petits troupeaux de la zone de contrôle établie le 11 mars dans la vallée du Fraser en Colombie-Britannique feront l’objet d’un abattage intégral visant à éradiquer l’influenza aviaire. La décision fait suite à la recommandation formulée par l’ACIA en concertation avec la province de Colombie-Britannique et l’industrie avicole.

« Étant donné la propagation rapide de l’influenza aviaire, il est clair qu’une intervention plus énergique s’avère nécessaire si nous voulons éradiquer cette maladie d’oiseaux des plus contagieuse, » a déclaré M. Speller. « Ce n’est certes pas une décision facile à prendre, mais elle est importante pour la viabilité à long terme de l’industrie avicole. »

Les mesures de destruction toucheront environ 19 millions d’oiseaux. Bien qu’il soit possible qu’un nombre important d’oiseaux détruits ne soient pas infectés, ces mesures se veulent une intervention préventive destinée à contenir la propagation de la maladie. Les volailles d’élevages non infectés pourront être transformées sous l’inspection étroite d’établissements agréés, et mises en vente.

La destruction intégrale des volailles nécessite l’assistance et la coopération de toutes les parties concernées. L’ACIA travaillera en étroite collaboration avec celles-ci afin que les mesures de destruction soient appliquées dans les meilleurs délais. Tous les producteurs avicoles dont les volailles doivent être abattues auront droit à une indemnisation en vertu de la Loi sur la santé des animaux.

Vendredi dernier, le ministre Speller s’est rendu dans la vallée du Fraser (C.-B.) et a rencontré son homologue provincial John van Dongen, ministre de l’Agriculture, de l’Alimentation et des Pêches de la Colombie-Britannique, des représentants de l’industrie avicole et des conseillers techniques de l’ACIA pour discuter de mesures de contrôle optionnelles. Avant que soit prise la décision d’aller de l’avant avec l’abattage intégral des volailles de la région sous surveillance, d’autres options, moins définitives, ont été examinées. Toutefois, il est évident que la propagation rapide de ce virus hautement contagieux nécessite des mesures beaucoup plus énergiques, lesquelles réduiront au minimum tout risque d’une propagation plus poussée.

« Comme il faudra un certain temps pour exécuter l’abattage, il est essentiel que tout le monde – aussi bien les producteurs avicoles que les préposés aux activités d’éradication de la maladie – s’attache à ce que les mesures de biosécurité soient strictement respectées, » a précisé le ministre Speller.

Dans le but de réduire tout risque de propagation de la maladie, l’ACIA a pris dès à présent des mesures juridiques qui obligent les producteurs avicoles à contrôler l’accès à leurs installations en affichant, à l’entrée de leur propriété, un avis d’interdiction d’accès non autorisé à leur exploitation.

Avant d’autoriser qui que ce soit sur les lieux, les producteurs avicoles doivent s’assurer que les mesures suivantes ont été prises afin de réduire tout risque de propagation de l’influenza aviaire.

  • Tous les véhicules doivent être désinfectés au moyen d’un produit dûment approuvé à cette fin.
  • Les visiteurs doivent porter des vêtements et des chaussures de protection propres. Si possible, il faut leur fournir des combinaisons et des bottes, et toujours placer un bain de pieds à l’entrée des poulaillers.
  • L’équipement qui entre sur les lieux de l’exploitation ou qui en sort doit être lavé et désinfecté à fond.

L’ACIA continuera à travailler en étroite collaboration avec Santé Canada, le Centre for Disease Control de la C.-B., le ministère des Services de santé de la C.-B. et les responsables locaux de la santé tout au long du processus d’abattage élargi des volailles pour s’assurer que toutes les mesures appropriées soient prises pour surveiller et protéger la santé de tous les intervenants dans la lutte contre l’influenza aviaire.

Bien que le risque pour la population demeure faible, les responsables de la santé soulignent combien il est très important de protéger la santé des personnes en contact direct avec des volailles infectées. On rapporte à ce jour deux cas connus et isolés de travailleurs ayant été exposés à des oiseaux infectés, et dont les tests à l’infection au H7 se sont avérés positifs. Toutefois, les sujets n’ont ressenti que des symptômes bénins et ils se sont depuis complètement rétablis.

Les responsables sont confiants que cette nouvelle mesure s’avérera efficace, même s’il n’est pas exclu que d’autres exploitations avicoles infectées soient découvertes pendant le processus d’abattage des volailles.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Agence canadienne d’inspection des aliments (ACIA)
http://www.cfia-acia.agr.ca/

Agriculture Canada
http://Aceis.AGR.CA/

Commentaires