Entente pour appuyer le secteur agroalimentaire de la Gaspésie et des Îles-de-la-Madeleine

Saint-Siméon (Québec), 5 septembre 2006 – Le ministre de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation, ministre responsable de la région du Centre-du-Québec et député de Richmond, M. Yvon Vallières, et la ministre des Affaires municipales et des Régions, ministre responsable de la région de la Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine et députée de Bonaventure, Mme Nathalie Normandeau, annoncent une entente de 2 540 000 $ pour appuyer le secteur agroalimentaire de la Gaspésie et des Îles-de-la-Madeleine.

« Par l’intermédiaire de cette entente, nous continuons à travailler main dans la main avec l’ensemble des acteurs régionaux afin de soutenir le secteur agroalimentaire et de faire reconnaître son importance dans le développement économique de la région », a déclaré le ministre Yvon Vallières.

La mise en oeuvre de cette mesure a nécessité la collaboration financière de cinq partenaires. Ainsi, le ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation verse une somme de 750 000 $ et le ministère des Affaires municipales et des Régions accorde 870 000 $, alors que le ministère du Développement économique, de l’Innovation et de l’Exportation attribue un montant de 210 000 $. Parallèlement à cette entente, le ministère du Tourisme alloue une somme de 200 000 $ qui sera spécifiquement réservée à des projets structurants de nature agroalimentaire présentant un fort potentiel touristique. Ces projets, conduits par le ministère du Tourisme, seront soutenus à même le volet d’aide financière aux activités touristiques structurantes en région.

À cet engagement gouvernemental s’ajoute la participation financière de la Conférence régionale des élus de la Gaspésie et des Îles-de-la-Madeleine à hauteur de 510 000 $.

« Cette entente constitue une reconnaissance de notre gouvernement à l’égard du dynamisme, de la concertation et des efforts que déploient les acteurs du secteur agroalimentaire de la région. La Gaspésie et les Îles-de-la-Madeleine peuvent ainsi compter sur un outil supplémentaire et particulier qui répond aux besoins des entrepreneurs », a ajouté la ministre Nathalie Normandeau.

Les retombées de l’entente
Le cheminement qui a mené à la conclusion de cette entente prend sa source dans le forum régional sur l’agroalimentaire qui s’est tenu à Bonaventure en 2005. Le forum avait permis de définir les principaux défis à relever par l’industrie agroalimentaire de la région, tels que la diminution du nombre d’entreprises, la faiblesse du revenu net par rapport à la moyenne provinciale, le maintien de services de base et la pérennité des activités agricoles sur le territoire.

Les mesures prévues contribueront au développement et à la diversification des entreprises agroalimentaires de la région. Elles constitueront un levier économique nécessaire à la mise en oeuvre de la planification stratégique en complément aux programmes existants.

« La concrétisation de cette entente permettra d’accroître les connaissances et le savoir-faire dans la région et elle favorisera l’intégration de nouvelles productions. Elle offrira un soutien financier pour la consolidation et le développement des entreprises, tout en créant des emplois dans les communautés », a déclaré le ministre Raymond Bachand.

« L’agrotourisme et le tourisme gourmand sont des secteurs qui grandissent en popularité et l’apport du secteur agroalimentaire pour la bonification de l’offre touristique régionale en ce sens est très important », a indiqué la ministre Françoise Gauthier.

D’autres partenaires s’associent à la mise en oeuvre de cette entente. Ainsi, l’Union des producteurs agricoles de la Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine, la Table de concertation agroalimentaire de la Gaspésie et celle des Îles-de-la-Madeleine, de même que La Financière agricole du Québec s’engagent à faciliter la réalisation et la gestion de l’entente.

« Je ne surprendrai personne en rappelant que les défis dans la région sont aussi sérieux que stimulants. Cette entente produira un effet de levier remarquable pour le développement de la région sur les plans économique, environnemental et social », a conclu le ministre Yvon Vallières.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Ministère de l’agriculture des pêcheries et de l’alimentation du Québec (MAPAQ)
http://www.mapaq.gouv.qc.ca

Ministère des Affaires municipales et des Régions
http://www.mamr.gouv.qc.ca/

Union des producteurs agricoles (UPA)
http://www.upa.qc.ca/

Commentaires