Etude pancanadienne sur l’horticulture ornementale écologique

Montréal (Québec), 19 juin 2008 – Equiterre dévoile les résultats de son étude pancanadienne sur l’horticulture ornementale écologique, dans laquelle on apprend que les Canadiens désirent que les gouvernements s’investissent davantage dans le développement de cette industrie. Il s’agit d’un des principaux constats qui se dégagent du sondageCROP mené auprès de 1311 Canadiens qui jardinent, ainsi que d’entrevuesréalisées auprès de plusieurs commerçants au pays. Les répondants déplorentnotamment le manque d’information sur les produits horticoles plus sains pourl’environnement.

« Quand on apprend que la moitié des Canadiens (50%) considèrent quel’opinion de leurs voisins sur l’apparence de leur terrain est trèsimportante, cela nous permet de réaliser le rôle de l’industrie horticole aupays. Notre étude dévoile entre autres que l’intérêt pour les produits etservices écologiques en horticulture commence à peine à poindre et quel’information disponible pour les consommateurs est insuffisante », expliqueLova Ramanitrarivo, chargée de projet en horticulture ornementale écologiquechez Equiterre.

Les gouvernements absents
Les gouvernements ont été identifiés, par les consommateurs et lescommerçants, parmi les premiers intervenants qui devraient endosser laresponsabilité de favoriser le développement des produits et services plussains pour l’environnement en horticulture ornementale. Selon le sondage CROP,seulement 36 % des répondants sont satisfaits du travail des gouvernementsdans l’industrie. « Il reste encore beaucoup de travail à faire pour lapromotion des produits et services écologiques en horticulture et il devientclair que l’Etat doit faire sa part. Le gouvernement, en collaboration avecles professionnels et le milieu environnemental, doit établir les principesd’une réglementation qui permettra de créer une certification encadrant lesappellations “écologique”, “biologique” et “naturel”, et qui permettral’identification, par un logo, des produits écologiques en horticulture »,affirme Isabelle St-Germain, coordonnatrice – Alimentation, agriculture, etcommerce chez Equiterre.

Renforcer la législation
Fort des résultats de cette étude pancanadienne, Equiterre demande augouvernement de renforcer le Code de gestion des pesticides et de réglementerde façon plus stricte l’usage et la vente des produits nocifs pourl’environnement. Pour les municipalités, Equiterre suggère que les villesmettent en place des règlements afin d’interdire les pratiques de jardinagenuisibles pour l’environnement, comme le gaspillage d’eau et l’usage depesticides chimiques, tout en encourageant et en subventionnant les gestesplus sains pour l’environnement.

L’absence d’information freine la consommation
L’étude démontre que près de la moitié des répondants (48%) jugentl’information insuffisante sur ce qui peut être bénéfique ou dommageable pourl’environnement dans le domaine du jardinage. D’ailleurs, 38% des répondantsont déclaré être mal informés sur les risques des pesticides sur la santé etl’environnement. A l’heure actuelle, le prix est le facteur d’achat le plusimportant pour les consommateurs. Sans information suffisante, le facteurécologique de ces produits ne peut influencer leurs choix de consommation, cequi en ralentit la croissance des ventes. Il apparaît donc nécessaire que legouvernement soutienne une campagne de communication nationale poursensibiliser les consommateurs à l’horticulture écologique et qu’il assure unemeilleure diffusion de l’information.

Les conditions de l’étude
L’étude « Horticulture ornementale écologique: connaître le consommateurpour orienter les décisions » a été menée en 2007-2008. Elle comporte unsondage CROP auprès de 1311 Canadiens et Canadiennes qui jardinent. Une séried’entrevues a aussi été réalisée auprès des commerçants de l’industrie àMontréal, Toronto et Vancouver. L’étude complète est disponible sur le siteInternet d’Equiterre.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Equiterre
http://www.equiterre.org

Équiterre
http://www.equiterre.qc.ca/

Commentaires