Europe : 320 pesticides retirés du marché en juillet 2003

France, 2 juillet 2002 – Les substances appelées à disparaître du marché agro-chimique ne sont plus conformes aux exigences environnementales ni aux préoccupations de santé. Les utilisateurs, les grossistes et les détaillants de produits phytosanitaires devront savoir si les produits qu’ils utilisent ou vendent sont susceptibles d’être retirés, afin d’éviter de se retrouver avec des stocks de produits inutilisables, prévient Bruxelles. Les personnes concernées doivent prendre contact avec leur autorité nationale pour connaître l’état de la procédure d’autorisation de certains produits en particulier.

La plupart des produits retirés le seront en raison du refus des fabricants de les défendre. Nombre d’entre eux sont des molécules anciennes, que leurs brevets ne protègent plus des copies moins chères et qui perdent d’autant plus leur intérêt qu’un dossier de renouvellement d’autorisation représente un investissement de l’ordre de 45 millions d’euros.

Quant aux substances que leurs fabricants défendent, elles pourront continuer à être autorisées jusqu’à ce que la Commission statue. Quelques dérogations temporaires seront accordées dans certains Etats membres pour des «usages essentiels», c’est-à-dire lorsqu’il n’existe pas de solution de remplacement et que la prorogation ne présente pas de danger supplémentaire.

Nouveau tour de vis en 2004

La Commission a adopté aujourd’hui une communication dans laquelle elle expose une nouvelle stratégie visant à réduire l’impact des pesticides. Celle-ci donnera lieu à des mesures renforçant les contrôles et la distribution des pesticides, réduisant le niveau autorisé de substances nocives et favorisant la conversion à une agriculture sans pesticide ou presque. Le Conseil des ministres et le Parlement en débattront début 2004.

La suppression des 320 substances n’est qu’un début La Commission s’attend en effet à ce que l’industrie renonce à défendre près de 150 de 200 autres substances. La décision les concernant interviendra début 2003 pour un retrait en juillet 2003 aussi. Bruxelles aura ainsi retiré du marché 60% des substances en circulation en 1993. Environ 320 000 tonnes de matières actives sont vendues chaque année en Europe, ce qui représente un quart du marché mondial des pesticides.

Source : Les Échos

Commentaires