FMI : les pays avancés aident six fois plus leurs agriculteurs que les pays pauvres

France, 19 septembre 2002 – Sur chaque dollar gagné par un agriculteur des pays avancés, 30 cents ont été versés sous forme de subventions, indique le FMI (Fonds monétaire international) dans un rapport accablant pour le système. Les subventions représentent « des coûts considérables pour les consommateurs et les contribuables des pays riches ainsi que pour les producteurs de biens de consommations ailleurs dans le monde, parmi lesquels un grand nombre est pauvre». Les aides perçues par les agriculteurs des pays industralisés équivalaient à 31% des revenus agricoles de ces pays en 2001. Cela étant, les différences sont énormes entre une Nouvelle-Zélande qui ne subventionne pratiquement pas du tout (1%) et la Suisse (69%). L’Union européenne vient en tête avec un niveau d’aides de 35% devant le Canada et les Etats-Unis (20%). La libéralisation de l’agriculture profiterait d’abord aux gros producteurs australiens, canadiens et néo-zélandais, selon le FMI. Elle permettrait d’augmenter les revenus réels agricoles de l’équivalent de 0,4% du PIB des pays concernés, soit 92 milliards de dollars.

Dans le secteur du sucre, du blé et du riz, la suppression des subventions entrainerait une hausse des prix mondiaux de 2 à 8%. Pour le bœuf, les prix mondiaux gagneraient 7%, mais pour le lait, ils feraient un bond de 23%.

Source : Les Échos

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Fonds monétaire international (FMI)

http://www.imf.org/

Commentaires