Ligne de temps

Franc succès pour la première édition d’Allumés!

Plus de 200 personnes, autant des jeunes de la relève que leurs parents, ont assisté à la première édition d’Allumés! Le nouvel évènement organisé par Financement agricole Canada pour la prochaine génération d’agriculteurs.

“Nous pouvons déjà vous dire qu’il y aura une deuxième édition”, a indiqué Vincent Giard, vice-président, Opération Québec, Financement agricole Canada. Il en a fait l’annonce à la fin de la journée, une journée bien remplie où les conférences inspirantes se sont succédé. C’était le 4 avril au nouveau Centre de congrès de Saint-Hyacinthe. “Si vous repartez à la maison ne serait-ce qu’avec une idée que vous mettrez en application, nous aurons rempli notre rôle”, a-t-il ajouté. Il faut dire que l’organisme fédéral avait mis le paquet pour permettre aux jeunes de réfléchir, de s’informer, de se ressourcer, bref de faire le plein pendant cette journée. On avait donné ce mandat à six conférenciers dynamiques qui ont réussi à captiver l’auditoire.

Sylvain Boudreau, conférencier et communicateur

Dans un premier temps, le conférencier Sylvain Boudreau a insisté sur l’importance de l’attitude. “Le succès à long terme, vous l’aurez si vous être sympathique et professionnel, a-t-il indiqué. En 2018, on est obligé d’être professionnel. À compétence égale, les gens préfèrent travailler avec la personne sympathique.” Le succès vient aussi avec l’effort, a-t-il martelé. “On est tous président de notre propre compagnie, le moi inc. C’est nous qui avons le contrôle sur tous nos départements : la santé, le travail, le couple, etc. Pour chaque département, il faut se fixer des objectifs. Et ce sont toujours les efforts qui permettent d’avoir des résultats.”

Martine Deschamps, conseillère senior en transfert d’entreprise

Martine Deschamps, conseillère senior en transfert d’entreprise et auteur d’un livre sur le sujet, a poursuivi avec un sujet cher à la relève agricole, bien sûr le transfert. Elle a voulu faire comprendre aux jeunes ce qui se passe dans la tête d’un parent-cédant. “Les parents ont peur de parler transfert, car ils pensent que c’est la fin, la fin de leur vie, de leur passion, a exprimé la spécialiste. Mais ce n’est pas la fin, c’est le début d’une nouvelle carrière. C’est parce que l’entreprise a réussi qu’on la transfère, donc c’est une célébration.” Les parents ont aussi le souci d’être justes envers tous leurs enfants. “Souvent les parents voient ça comme une montagne. Moi, je leur dis : arrêtez d’avoir peur. Il y a plein de possibilités et de produits aujourd’hui pour aider les parents à être équitables.”

 

Robert Beauchemin, président-directeur général de la Meunerie Milanaise

Les agronomes Charles Gauvin et Patrice Gagnon ont donné quelques conseils aux jeunes pour bien réseauter, notamment être présent et en mode écoute. “Votre pire ennemi est votre téléphone, ont-ils soutenu. Les gens n’iront pas vers vous si vous êtes dans votre bulle avec votre cellulaire.” Le président-directeur général de la Meunerie Milanaise Robert Beauchemin, quant à lui, a raconté la petite histoire de sa meunerie. Lui qui a intégré deux enfants dans l’entreprise a donné ce conseil aux gens qui sont dans un processus de transfert : prenez votre temps. “Il est important de bien discuter. Nous, on a mis un an et demi pour en arriver à une convention d’actionnaires.”

 

Grégory Charles, virtuose, animateur télé et entrepreneur

Virtuose, animateur télé et entrepreneur, Grégory Charles a clos cette journée de belle façon avec son énergie débordante. D’ailleurs, l’artiste est originaire de Saint-Germain-de-Grantham et sa famille maternelle est issue d’un milieu agricole. Il a été très élogieux envers ses parents qui lui ont transmis, selon ses dires, de belles valeurs et de multiples enseignements. “ Tout ce que je fais, je le fais en mon nom et au nom de ceux qui ont passé avant moi”, a-t-il mentionné. Il a raconté être devenu entrepreneur tout simplement parce qu’il avait des idées et que personne ne voulait les réaliser. On lui disait non. “Être leader, c’est dire oui plus souvent qu’on se fait dire oui, a-t-il résumé. Quand on a une idée ou un désir profond, il faut se dire oui. Chaque idée, je la porte jusqu’au bout.” Il a donc invité les gens à se dire oui!

Ils ont dit :

“Ce n’est pas avec des mots qu’on devient un leader, c’est avec des gestes!”         -Grégory Charles

“Si vous avez une belle attitude, que vous mettez les efforts qu’il faut, vous aurez du succès!” -Sylvain Boudreau

“Ce qu’on suit nous poursuit, ce à quoi on fait face s’efface.” -Martine Deschamps

“Notre mantra à la Milanaise, c’est les trois F pour foi, fun et fric!” -Robert Beauchemin

“Ce n’est pas ce que tu connais qui est important, mais qui tu connais.” -Patrice Gagnon et Charles Gauvin

Les agronomes Patrice Gagnon et Charles Gauvin

à propos de l'auteur

Journaliste et rédactrice en chef adjointe

Marie-Claude Poulin est journaliste et rédactrice en chef adjointe au Bulletin des agriculteurs.

Commentaires