Hausse vertigineuse des prix de l’énergie et des produits agricoles

Montréal (Québec), 4 octobre 2002 – En septembre, des hausses de prix fortes et soutenues dans les secteurs de l’énergie et de l’agriculture ont fait progresser de 5,4 pour cent l’Indice des prix des marchandises de BMO Groupe financier. Cette poussée porte l’indice à 110,2 (1993 égale 100), niveau de
6,8 pour cent supérieur à celui de la même période l’an dernier. En août,
l’indice avait enregistré une hausse de 4,6 pour cent.

« Bien que la récente progression de l’indice ait plus que compensé la
faiblesse des prix de la période de mai à juillet, il faudra vraisemblablement
attendre l’apparition de signes d’une croissance économique plus vigoureuse en
Amérique du Nord et outre-mer pour assister à une hausse des prix plus
substantielle qui toucherait l’ensemble des groupes de marchandises, incluant
les produits forestiers et les métaux », a fait remarquer l’économiste en chef
adjoint, BMO Groupe financier, Earl Sweet.

« En raison des incertitudes géopolitiques et économiques, nous nous
attendons à ce que les prix des marchandises demeurent volatils au cours des
prochains mois », a ajouté M. Sweet.

En septembre, l’indice du pétrole et du gaz a bondi de 14,3 pour cent,
second gain mensuel consécutif important. Cette fois encore, le pétrole brut
et le gaz naturel ont contribué à l’augmentation, la part du gaz étant
toutefois plus grande.

« En dépit des stocks élevés, compte tenu des indications laissant
présager une baisse de la production gazière américaine et de la perturbation,
en raison de l’ouragan, des activités de transport du gaz dans le golfe du
Mexique, les prix du gaz naturel n’ont pas faibli », a précisé Earl Sweet. « Le
prix du gaz naturel a enregistré une hausse particulièrement rapide au Canada,
entraînant un rétrécissement de l’écart avec les prix américains. »

Les prix du pétrole brut ont augmenté, atteignant la barre des 30 dollars
américains le baril, conséquence de la diminution des stocks, des craintes de
problèmes d’approvisionnement en cas d’une attaque de l’Iraq par les Etats-
Unis et des craintes de troubles politiques au Venezuela.

Le sous-indice des produits forestiers a chuté pour un sixième mois

consécutif, cédant 2,1 pour cent, pour atteindre son niveau le plus bas de la
décennie. Cette baisse cyclique est la plus marquée jamais enregistrée par
l’indice. La faiblesse des prix du bois d’oeuvre est le principal facteur de
la baisse de l’indice en septembre. Les prix de la pâte sont demeurés
inchangés, tandis que les producteurs de papier journal parvenaient à imposer
une légère hausse de 20 dollars américains la tonne, portant la valeur de
celle-ci à 465 dollars américains.

En septembre, l’indice des métaux et des minéraux est parvenu à rester à
flot, augmentant de 0,8 pour cent. Les auteurs du rapport indiquent que la
progression de ce sous-indice s’explique principalement par la valeur de l’or,
dopée par les investisseurs à la recherche d’un havre après avoir délaissé les
actions pendant le mois. Les prix des métaux de base sont demeurés faibles en
septembre; ils ne remonteront vraisemblablement pas avant l’apparition
d’indices sérieux annonçant une croissance plus vigoureuse à l’échelle
mondiale. Les prix du nickel et du cuivre sont ceux qui connaîtront
vraisemblablement la plus forte progression l’an prochain, tandis que les prix
de l’aluminium pourraient être pénalisés par l’accroissement de la production
et par le niveau des stocks qui demeurera élevé.

En septembre, l’indice de l’agriculture de BMO Groupe financier a
conservé sa forte tendance haussière, progressant de 13,8 pour cent pour
atteindre un niveau 40 pour cent plus élevé que celui de la même période l’an
dernier.

« La sécheresse sévissant dans plusieurs grands pays exportateurs, dont le
Canada, les Etats-Unis et l’Australie, a réduit les rendements de même que les
stocks de façon importante », a affirmé M. Sweet. L’économiste en chef adjoint
a ajouté que les prix des céréales et des oléagineux devraient demeurer fermes
en 2003 en raison du bas niveau des stocks de céréales par rapport à la
consommation et de la rareté de l’offre d’huile alimentaire.

En septembre, les prix du blé ont augmenté de près de 19 pour cent pour
atteindre 5,22 dollars américains le boisseau, soit le niveau le plus élevé
depuis l’été 1997.

L’Indice des prix des marchandises de BMO Groupe financier couvre
l’évolution des prix de 19 marchandises qui jouent toutes un rôle clé dans les
exportations canadiennes. Tous les indices sont calculés à partir des prix en
dollars américains.

    Indice des prix des marchandises de BMO Groupe financier, septembre 2002

                                Niveau de    Variation en % par rapport à
                             septembre 2002  --------------------------------
                            (1993 égale 100) un mois plus tôt  un an plus tôt
    -------------------------------------------------------------------------
    Ensemble des marchandises    110,2               5,4           6,8
    -------------------------------------------------------------------------
    Pétrole et gaz               157,7              14,3          30,4
    -------------------------------------------------------------------------
    Métaux et minéraux           100,8               0,8           3,4
    -------------------------------------------------------------------------
    Produits forestiers           86,4              -2,1         -13,4
    -------------------------------------------------------------------------
    Agriculture                  113,4              13,8          41,1
    -------------------------------------------------------------------------
    

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Banque de Montréal

http://www.bmo.com/francais/index.html

Commentaires