Impact de la maladie de la vache folle

Guelph (Ontario), 14 juillet 2003 – Dans ses efforts continus pour faire face à la crise de la vache folle, l’Association canadienne de l’industrie du bétail et de la génétique (CLGA) a entamé des discussions avec les hauts fonctionnaires du gouvernement fédéral dans le but de mesurer l’impact de la maladie de la vache folle sur le secteur d’exportation de la génétique laitière canadienne.

Rick McRonald, directeur exécutif de CLGA, et les principaux membres exportateurs de l’Association ont rencontré à Ottawa les hauts fonctionnaires du gouvernement dans le but de discuter de l’effet de l’interdiction sur le secteur laitier. Les exportateurs de semence bovine, d’embryons et d’animaux vivants à des fins d’élevage ont dû faire face à des interruptions du marché. Même si la plupart des principaux marchés de la semence et d’embryons sont réouverts, quelques pays importants demeurent fermés. Les exportateurs d’animaux vivants ont subi une perte commerciale immédiate et complète et ils doivent maintenir des grandes quantités d’animaux dans leur inventaire.

Pendant que CLGA continue de travailler avec les représentants de l’Agence canadienne d’inspection des aliments (ACIA) dans le but d’établir des priorités commerciales et de convaincre les organismes de contrôle d’accepter les recommandations de l’Office international des épizooties (OIE), des préoccupations ont été exprimées quant à la réouverture des marchés de façon « progressive ». Si les marchés sont d’abord ouverts pour les bovins et les produits du boeuf, il est probable que les exportateurs de matériel d’élevage canadien seront privés de revenus de ventes pendant une période de temps plus longue que les exportateurs de bovins et les éleveurs commerciaux. Ce problème doit être discuté.

CLGA, dans le cadre d’un sondage sur l’impact économique, a présenté au gouvernement des données préliminaires indiquant que 2003 s’annonçait comme une meilleure année que les trois précédentes avec des exportations se chiffrant à environ 100 000 têtes évaluées à plus de 200 millions de dollars. Les ventes ont toutefois été brusquement interrompues le 20 mai alors que le nombre de têtes s’élevait à 35 000, pour une valeur de 68 millions de dollars. À ce jour, 87 employés ont été mis à pied et 250 emplois sont menacés. Plus de 100 agents travaillant à commission ont perdu leur source de revenus. La valeur des inventaires de bovins diminue rapidement.

L’impact sur l’industrie s’étend bien au-delà des exportateurs de matériel d’élevage, jusqu’aux producteurs laitiers et à l’industrie agroalimentaire dans la communauté rurale. À la limite, 18 000 producteurs laitiers canadiens dépendent de la vente de matériel d’élevage comme supplément à leurs revenus. Ils auront ainsi moins de revenus à investir dans leur entreprise tout en ayant à absorber les 82 000 animaux de remplacement supplémentaires qui demeurent au Canada. Lorsque ces vaches vêleront, elles produiront du lait pour lequel aucun quota n’a été alloué ni n’existe.

CLGA a proposé une série de mesures visant à aider le secteur à faire face au désastre économique découlant de l’interdiction due à la maladie de la vache folle. Parmi ces mesures, on retrouve:

  • Programmes d’indemnité
  • Accréditation des exportateurs
  • Stratégie internationale de soutien à long terme (LTIS)
  • Financement additionnel à l’Agence canadienne d’inspection des aliments

Le rapport final de CLGA sera prêt à être soumis à Agriculture et Agroalimentaire Canada d’ici la fin de la semaine.

CLGA est un organisme à but non lucratif soutenu par l’industrie qui se consacre à assurer au marché mondial l’accès aux animaux vivants, à la semence, aux embryons et aux produits connexes provenant du Canada, ainsi que le service à ses membres. Pour obtenir de l’information sur CLGA et sur les plus récents développements relatifs à la maladie de la vache folle, visitez son site Internet.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Association canadienne de l’industrie du bétail et de la génétique (CLGA)
http://www.clivegen.org

Office international des épizooties (OIE)
http://www.oie.int/

Commentaires