Indice des prix à la consommation, mars 2002

Ottawa (Ontario), 23 avril 2002 – En mars, les consommateurs ont payé 1,8 % de plus qu’ils ne l’avaient fait en mars 2001 pour les biens et les services compris dans le panier de l’Indice des prix à la consommation (IPC). Cette variation sur 12 mois a constamment progressé depuis janvier, passant successivement de 1,3 % en janvier à 1,5 % en février, puis à 1,8 % en mars. En mars, l’indice (1992=100) a atteint 117,7, dépassant pour la première fois le sommet enregistré en juin 2001 (117,5). Cela indique que les prix à la consommation, quoique comparables, étaient dans l’ensemble un peu plus élevés en mars qu’en juin 2001. Les prix de l’énergie ont exercé un rôle modérateur sur l’indice d’ensemble puisque l’IPC sans l’énergie a progressé de 2,5 % en mars par rapport à mars 2001.

En effet, les prix de l’énergie ont fléchi de 3,3 % comparativement à mars 2001. À l’exception de l’électricité, les prix de tous les éléments de la composante énergétique ont reculé considérablement. Les contributions les plus importantes provenaient toutefois du recul des prix du gaz naturel (-16,9 %) et de l’essence qui, malgré les récentes hausses, sont demeurés inférieurs de 5,3 % à ceux de mars 2001. Environ la moitié de la chute de l’indice des prix du gaz naturel par rapport à mars 2001 est attribuable au marché ontarien, alors qu’un autre tiers du repli s’explique par le remboursement anticipé consenti par une société gazière à ses clients du nord de l’Alberta.

La montée des prix des aliments, des produits du tabac et de l’électricité a été le facteur qui a le plus contribué à l’augmentation sur 12 mois de l’IPC en mars. Les prix des aliments ont crû de 3,3 %, en raison surtout des prix des repas pris au restaurant, des légumes frais et des fruits frais. Cette hausse sur 12 mois du prix des aliments est toutefois la plus faible progression observée depuis décembre 2001. La majoration de 27,7 % des prix des cigarettes est principalement attribuable à des hausses de taxes. Les prix de l’électricité (+14,4 %) ont aussi exercé une pression à la hausse non négligeable sur l’IPC d’ensemble. Plus du tiers de cette croissance s’explique par le fait qu’une partie du crédit de 200 $ consenti par le gouvernement de la Colombie-Britannique en février 2001 a été reportée en mars 2001, augmentant ainsi l’écart entre les prix de mars 2001 et ceux de mars 2002. Enfin, les loyers, le coût de remplacement par le propriétaire et les primes d’assurance automobile ont aussi joué un rôle dans la progression de l’IPC, quoique dans une moindre mesure.

Note aux lecteurs

À la suite de la vente d’un champ de gaz naturel, la société ATCO Gas a remis une partie des recettes de cette vente à ses clients du nord de l’Alberta. Cette somme compensera les bénéfices futurs dont auraient bénéficié ces clients, sous la forme de prix moins élevés, si la société n’avait pas vendu ce champ de gaz naturel. Le montant perçu par ces clients correspond à un montant fixe de 3,325 $ par gigajoule consommé en 2001. Le consommateur moyen recevra donc un paiement d’environ 500 $. À partir de mars, la facture moyenne de gaz de ces clients servant au calcul de l’IPC sera donc ramenée à zéro ou réduite jusqu’à l’épuisement du paiement anticipé.

Hausse mensuelle de l’IPC pour un quatrième mois d’affilée

L’indice général des prix à la consommation s’est accru pour un quatrième mois consécutif. La croissance de 0,7 % observée en mars par rapport à février a été principalement alimentée par la hausse des prix de l’essence (+9,2 %). Les autres facteurs ayant contribué à la croissance sont l’électricité, la laitue, les voyages organisés et les cigarettes. Le repli des prix du gaz naturel a atténué ces augmentations.

La majoration de 9,2 % des prix de l’essence est la progression mensuelle la plus importante depuis juin 1983. Au moins la moitié de la hausse mensuelle de l’indice d’ensemble est attribuable à cette majoration des prix de l’essence. Bien que les prix aient augmenté partout au Canada, les provinces des Prairies et la Colombie-Britannique ont été les plus touchées. Ces hausses de prix reflètent l’augmentation constante du prix du pétrole brut depuis le début de 2002. En effet, le prix du baril de pétrole brut, qui se situait à environ 30 $ en janvier, a presque atteint son niveau de mars 2001, soit 41 $, puisque le prix moyen en mars était de 38 $.

La progression de 2,8 % de l’indice de l’électricité à l’échelon national est entièrement attribuable à la hausse des prix de 8,0 % observée en Ontario. Les nouveaux tarifs d’électricité approuvés par la Commission de l’énergie de l’Ontario sont entrés en vigueur le 1er mars dans la plupart des régions de cette province.

Le froid et le gel ont touché les récoltes de laitue en Arizona et en Californie, faisant croître les prix de 41,8 % pour l’ensemble du Canada. Des hausses de prix importantes ont été observées partout au Canada, allant même jusqu’à une progression de 73,7 % au Manitoba.

Les prix des voyages organisés se sont accrus de 7,4 % en mars comparativement à février. L’augmentation de 7,1 % observée de janvier à mars, qui correspond à la haute saison des voyages organisés, est comparable à celle enregistrée au cours de la même période en 2001 (+7,0 %).

La progression de 2,5 % des prix des cigarettes est principalement attribuable à des hausses de taxes de vente provinciales. Ces hausses se sont surtout fait sentir en Alberta (+17,2 %) et en Colombie-Britannique (+9,9 %), bien que les gouvernements de la Saskatchewan, de Terre-Neuve-et-Labrador et de l’Île-du-Prince-Édouard aient aussi accru leurs taxes de vente sur les cigarettes.

Les prix du gaz naturel se sont repliés de 7,3 % en mars par rapport à février. Il s’agit du cinquième recul mensuel consécutif. Cette baisse est entièrement attribuable au paiement anticipé reçu par certains consommateurs du nord de l’Alberta, qui a fait chuter l’indice de l’Alberta de 50,5 %. Une hausse de 0,5 % a été enregistrée au Québec, alors que les indices des autres provinces sont restés inchangés.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Statistiques Canada

http://www.statcan.ca/

Commentaires