Initiatives environnementales dans le secteur agricole de l’Île-du-Prince-Édouard

Charlottetown (Île-du-Prince-Édouard), 30 novembre 2007 – Une douzaine de nouveaux projets, financés à hauteur de 1 227 765 $ par le gouvernement fédéral, aideront les producteurs agricoles de l’Île-du-Prince-Édouard à adopter des pratiques plus sécuritaires et respectueuses de l’environnement.

L’annonce a été faite par M. Guy Lauzon, secrétaire parlementaire du ministre de l’Agriculture et de l’Agroalimentaire et pour l’Initiative fédérale du développement économique dans le Nord de l’Ontario, au nom de l’honorable Gerry Ritz, ministre de l’Agriculture et de l’Agroalimentaire et ministre de la Commission canadienne du blé, ainsi que par M. Neil LeClair, ministre de l’Agriculture de l’Île-du-Prince-Édouard.

« Les agriculteurs jouent un rôle important à titre d’intendants de l’environnement, et notre gouvernement est déterminé à les aider en leur donnant les outils dont ils ont besoin pour s’acquitter de ce rôle encore plus efficacement, a dit le secrétaire parlementaire Lauzon. Ces projets mettront à la disposition des agriculteurs l’information dont ils ont besoin pour faire des choix environnementaux plus éclairés à la ferme. »

Les projets, financés en vertu du Programme national d’approvisionnement en eau Canada-Île-du-Prince-Édouard, comprennent des études sur des méthodes visant à réduire les nitrates dans le réseau hydrographique, des analyses des sols et de l’eau et l’élaboration de cartes topographiques détaillées des terres agricoles de l’Île-du-Prince-Édouard.

Le gouvernement provincial fournira un soutien technique et une aide en nature totalisant 238 200 $ pour la réalisation des projets. Les Fermes Cavendish, quant à elles, apporteront un soutien en nature d’une valeur de 25 000 $.

« Ces projets permettront au gouvernement et à l’industrie de soutenir davantage leurs activités de protection et d’amélioration de la qualité de notre environnement, a déclaré le ministre LeClair. Ils fourniront aux agriculteurs l’information dont ils ont besoin pour rehausser la viabilité et la rentabilité de leurs exploitations. »

Le projet le plus vaste est doté d’un budget de 750 000 $ et comporte des levés aériens au moyen de systèmes LiDAR (détection et télémétrie par ondes lumineuses). Ce système fera appel à des lasers aéroportés pour mesurer les élévations, et ces renseignements serviront à dresser des cartes topographiques plus précises et à mieux localiser les zones possibles d’érosion du sol et de ruissellement superficiel.

Les cartes topographiques actuelles présentent les changements d’élévation par des courbes de niveau à intervalles de 2 mètres. Les LiDAR serviront à produire des cartes avec des courbes de niveau à intervalles de 65 centimètres et donneront ainsi des renseignements plus précis sur les pentes, les vallées et les collines, grandes ou petites, qui agissent sur l’érosion des sols et d’autres phénomènes environnementaux. Ces nouvelles cartes permettront aux agriculteurs de prendre des décisions plus judicieuses sur les activités environnementales à la ferme.

Pour en savoir plus sur le Programme national d’approvisionnement en eau Canada-Île-du-Prince-Édouard, veuillez consulter le site Web de la province www.peifarm.ca ou le site www.agr.gc.ca/eau.

Le Programme national d’approvisionnement en eau Canada-Île du Prince Édouard a pour objet d’améliorer l’accès à des sources d’eau sûres et fiables dans la province. L’aide financière consentie en vertu du programme se divise en trois catégories, soit les projets d’infrastructure à la ferme comme les compteurs d’eau et les étangs-réservoirs (catégorie 1); les projets d’infrastructure pour de multiples utilisateurs, comme les canalisations et les réservoirs communs (catégorie 2); et les projets de recherche, d’information et de planification de grande envergure, comme les plans régionaux de gestion des eaux (catégorie 3).

Les projets annoncés aujourd’hui, qui rentrent tous dans la catégorie 3, comprennent les suivants :

Cartes topographiques plus précises des terres agricoles
750 000 $ pour un projet visant à recueillir des données topographiques plus détaillées sur les terres agricoles de la province. L’érosion excessive des sols et le ruissellement dans les cours d’eau de la province constituent une préoccupation environnementale importante pour les agriculteurs de l’Île. Un système LiDAR (détection et télémétrie par ondes lumineuses) servira à dresser un profil topographique plus précis permettant de mieux localiser les terres agricoles qui présentent un potentiel élevé d’érosion et de ruissellement. Grâce à cette information, les agriculteurs pourront améliorer leurs stratégies de conservation et de protection de l’environnement. Ce système fournira aussi de l’information sur les répercussions éventuelles de la hausse du niveau de la mer sur les propriétés agricoles côtières.

Une carte complète des cours d’eau de l’Île
100 000 $ pour la quatrième et dernière phase d’un projet du ministère provincial de l’Environnement, de l’Énergie et des Forêts dans le cadre duquel la technologie des systèmes de positionnement global (GPS) est utilisée pour cartographier les cours d’eau de l’Île du Prince Édouard. La nouvelle carte donnera une image détaillée des limites des bassins versants, du littoral, des terres humides et du débit d’eau. Les données recueillies serviront à l’élaboration de plans de gestion des bassins versants et de leurs cours d’eau.

Mesure du ruissellement des champs de pommes de terre selon diverses butteuses
63 250 $ à l’intention de la PEI Soil and Crop Improvement Association qui installera des instruments de mesure dans les champs pour étudier le ruissellement et la rétention d’humidité dans les champs de culture commerciale de la pomme de terre, et notamment le débit et le volume du ruissellement. Cette étude fournira plus d’information pour aider les producteurs de pommes de terre à gérer leurs champs de façon à réduire le ruissellement au moyen de butteuses.

La qualité de l’eau utilisée pour le bétail
53 465 $ à l’intention de la PEI Soil and Crop Improvement Association qui étudiera la qualité et la quantité de l’eau disponible pour le bétail en pâturage. Depuis le début des années 90, les producteurs ont de moins en moins recours à l’eau des ruisseaux et des étangs pour abreuver leurs animaux, préférant se tourner vers d’autres sources d’approvisionnement en eau qui ont moins de répercussions sur l’environnement. Toutefois, certains producteurs s’inquiètent de la qualité de l’eau des réservoirs d’entreposage et de ses répercussions sur leurs troupeaux. Dans le cadre de cette étude, une norme de qualité de base sera élaborée pour l’eau destinée au bétail.

Élargissement du réseau de surveillance des bassins versants
50 300 $ pour un projet du ministère provincial de l’Environnement, de l’Énergie et des Forêts dans le cadre duquel des instruments de mesure seront installés pour surveiller la qualité et la quantité de l’eau dans le bassin versant de la rivière Souris. Il existe déjà un groupe qui s’occupe activement de planification pour ce bassin versant dans le cadre du Programme national d’approvisionnement en eau Canada-Île du Prince Édouard. Les résultats du projet permettront de mesurer l’efficacité des activités de gestion du bassin.

Évaluation d’un « calculateur de pomme de terre » qui pourrait réduire les risques liés aux nitrates
37 000 $ à l’intention du ministère provincial de l’Agriculture qui mènera des études sur le terrain afin d’évaluer un « calculateur de pomme de terre », c’est à dire un progiciel conçu pour aider les producteurs à calculer le montant exact d’azote qui leur permettra de maximiser leurs rendements tout en minimisant les risques de contamination des eaux souterraines par un excédent de nitrate. Si l’apport en azote est trop important, il risque de se retrouver du nitrate dans les sources d’approvisionnement en eau.

Sensibiliser les producteurs aux avantages des pratiques respectueuses de l’environnement
36 500 $ pour aider la PEI Soil and Crop Improvement Association à faire connaître aux producteurs des pratiques de gestion bénéfiques qui pourraient les aider à conserver et à protéger les sols et les eaux. Il s’agira d’une campagne de sensibilisation qui comprendra des démonstrations à la ferme, une conférence et des fiches d’information.

Les labours d’automne et le lessivage des nitrates
32 000 $ à l’intention d’Atlantic Agri Tech pour étudier différentes techniques utilisées lors des labours d’automne et leurs répercussions sur les taux de lessivage des nitrates. L’information ainsi recueillie aidera les producteurs à déterminer la meilleure façon de gérer leurs champs à l’automne afin de minimiser les risques de lessivage des nitrates dans les sources d’approvisionnement en eau.

Examen de diverses applications de fertilisants dans la culture de pommes de terre afin de réduire les risques liés aux nitrates
8 500 $ destinés à un projet de recherche mené par Robert Coffin, de la Division de la recherche des Fermes Cavendish, dont l’objet est d’étudier la croissance de la pomme de terre selon divers niveaux de fertilisants azotés. L’étude examinera la migration des nitrates dans les sols selon différentes applications de fertilisants.

Évaluation de sondes mesurant l’humidité afin de réduire l’utilisation d’eau sur les terres irriguées
28 000 $ pour l’évaluation de l’équipement de mesure de l’humidité des sols dans les champs irrigués de pommes de terre et de légumes. Grâce à cet équipement, les producteurs peuvent savoir quels sont les besoins en eau de chaque culture à tel ou tel moment; ils peuvent ainsi utiliser moins d’eau, car les besoins sont déterminés avec une plus grande précision.

Analyse des répercussions des techniques de gestion des sols sur la qualité des sols
20 000 $ pour un projet du ministère de l’Agriculture de l’Île du Prince Édouard dans le cadre duquel seront examinées les répercussions des pratiques de gestion des sols sur les propriétés physiques et chimiques de ces sols.

Examen du cycle de l’azote dans les eaux souterraines et les eaux de surface
48 750 $ à l’intention du ministère provincial de l’Environnement, de l’Énergie et des Forêts pour un projet dans le cadre duquel seront examinés les répercussions de diverses sources d’azote utilisées dans la production agricole sur deux bassins versants de l’Île du Prince Édouard. L’information ainsi recueillie aidera les propriétaires terriens et les gestionnaires des eaux à élaborer des stratégies visant à réduire la migration de l’azote des champs vers l’environnement proche.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Agriculture Canada
http://Aceis.AGR.CA/

Commentaires