La CCB achève la campagne la plus difficile de mémoire d’homme

Winnipeg (Manitoba), 4 août 2005 – La campagne 2004-05 restera inscrite dans l’histoire de la CCB comme une année ayant présenté une multitude de défis tant aux producteurs qu’à leur organisme de commercialisation, nous dit la CCB lors de sa conférence de presse annuelle de fin de campagne.

Le PDG Adrian Measner a décrit cette campagne comme étant parmi l’une des plus difficiles qu’il ait connue.

« Ce fut l’une des campagnes les plus difficiles durant mes trois décennies à la CCB », affirma Measner lors de la conférence de presse annuelle de fin de campagne. « Les grades généralement bas de la récolte d’une part, et les quantités plus grosses que de coutume que nous avons traitées d’autre part, ont présenté un niveau de difficultés que nous n’avons vu qu’une ou deux fois dans le passé ».

La CCB a exporté juste un peu plus de 15 millions de tonnes de blé et d’orge, ceci malgré une période de gel vers la fin de l’été qui a eu pour résultat la disponibilité de grosses quantités de grain de basse qualité.

Measner dit que le fait que la CCB ait pu vendre de grosses quantités de grain de si basse qualité en dit long sur la diversité de sa clientèle et sur sa capacité à s’adapter à des circonstances changeantes. En effet, à peine 30% du blé roux de printemps de l’Ouest canadien appartient aux deux grades supérieurs, comparé à un minimum de 65% dans une campagne moyenne. Les exportations furent inférieures d’un million de tonnes aux prévisions initiales de la CCB, reflétant des livraisons de grain fourrager plus basses que prévues initialement.

« Nous avons eu des ensemencements tardifs, un été froid, une gelée destructrice en août et une période de récolte très humide », rappelle Ken Ritter, président du conseil d’administration de la CCB contrôlé par les producteurs et fermier de la région de Kindersley. « Tout ceci fut particulièrement décevant étant donné que les volumes étaient repartis en hausse après deux ans de sécheresse à travers les Prairies ».

La CCB a mis en place des mesures novatrices afin de tirer autant de profit que possible de la récolte. Parmi celles-ci un grade No 4 pour blé de meunerie, la commercialisation de certains blés fourragers comme blés de meunerie, des garanties d’indice de chute à l’intention de clients transformateurs et des appels d’offres pour des qualités spécifiques.

Les plus importants clients pour le blé canadien furent la consommation intérieure au Canada, la Chine, le Japon et la Corée du Sud. Les plus gros clients pour l’orge furent le marché intérieur, la Chine, les États-Unis, la Colombie et l’Afrique du Sud.

« Nous avons su naviguer au travers d’une année difficile et avons été en mesure de protéger nos relations privilégiées avec nos clients à valeur élevée traditionnels », dit Measner, en ajoutant que des mesures inhabituelles ont été prises afin de jongler avec des quantités limitées de grain de haute qualité afin de satisfaire aux besoins des principaux clients.

La CCB a également pris la mesure extraordinaire de redistribuer les gains réalisés en couverture aux producteurs qui n’ont pas été en mesure de remplir leurs contrats d’option de paiement au producteur. De plus, une option de paiement anticipé rétroactive a été créée afin d’augmenter la trésorerie à la ferme.

« Durant cette campagne, la CCB a fait très clairement état de son engagement de servir les producteurs », rappelle Ritter.

Les conditions climatiques ont continué de présenter des défis aux producteurs à l’orée de la nouvelle campagne 2005-06. La situation a été particulièrement grave dans l’Est des Prairies, où des millions d’acres n’ont pu être ensemencés ou sont gorgés d’eau. Cependant, de bonnes conditions existent dans la majorité du reste des Prairies avec l’espoir de rendements supérieurs à la moyenne.

Le département Météo et surveillance des récoltes de la CCB prévoit une récolte de blé et d’orge dans l’Ouest canadien de 35 millions de tonnes, soit juste au-dessous du volume de l’an dernier. La CCB s’attend à un programme d’exportation de 17 à 18 millions de tonnes pour la campagne 2005-06.

Contrôlée par les agriculteurs de l’Ouest canadien, la CCB est la plus importante agence de commercialisation de blé et d’orge dans le monde. L’un des principaux exportateurs du Canada, la CCB dont le siège est à Winnipeg vend du grain dans plus de 70 pays et distribue l’intégralité du produit des ventes, moins les frais d’exploitation, aux agriculteurs des Prairies.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Commission canadienne du blé
http://www.cwb.ca/

Commentaires