La réunion de l’OMC en Chine a permis d’avancer sur l’agriculture

Dalian (Chine), 13 juillet 2005 – La réunion de l’OMC à Dalian (nord-est de la Chine) a permis d’avancer sur le volet agricole des négociations en vue d’une libéralisation du commerce mondial, qui reste l’un des plus importants sujets de contentieux entre pays riches et pauvres.

Les 32 ministres du Commerce réunis mardi et mercredi dernier ont adopté une proposition du groupe G20 des pays en développement qui définit un cadre pour négocier une baisse des droits de douane sur le commerce des produits agricoles.

Cette proposition a été soutenue par les Etats-Unis et l’Union européenne, ce qui devrait permettre aux techniciens de l’OMC à Genève de travailler sur les modalités concrètes d’une libéralisation du secteur. Le secrétaire général de l’OMC Supachai Panitchpakdi a toutefois estimé que ce n’était pas suffisant et a appelé à un sursaut pour assurer le succès du cycle de Doha.

« Des progrès sont réalisés dans certains domaines, mais, quant à savoir s’ils seront suffisants pour garantir le succès de programmes de travail d’ici à (la conférence ministérielle en décembre à) Hong Kong, c’est une autre affaire », a déclaré M. Supachai.

« La proposition du G20 est très constructive et elle a permis un certain dynamisme, mais elle n’a pas permis d’avancée sur tous les sujets », a renchéri le porte-parole de l’OMC Keith Rockwell. « Je ne voudrais pas surestimer ce qui s’est passé ici », a-t-il ajouté.

Le G20 a proposé une « formule » de réduction des droits de douane moins sévère pour les pays développés que pour les pays en développement, dont les tarifs douaniers maximums pourraient atteindre un plafond de 150%, contre 100% pour les pays riches.

Les ministres présents à Dalian étaient dans l’ensemble satisfaits de cette proposition, à quelques exceptions près. « Nous sommes très enthousiastes en raison de la chance qui se présente de réformer pour de bon l’agriculture », a déclaré le secrétaire américain à l’Agriculture Mike Johanns.

Il a toutefois refusé de préciser si les Etats-Unis envisageaient de modifier leur position sur ce dossier, en acceptant par exemple de supprimer d’ici à 2010 leurs subventions aux exportations agricoles, comme l’a souhaité le ministre chinois du Commerce, Bo Xilai.

« Bien que ce ne soit qu’une concession sur la structure et le cadre (des négociations), elle peut potentiellement avoir un impact tout à fait réel sur ce que nous essayons de donner à notre secteur agricole, à savoir plus d’accès à d’autres marchés », avait déclaré de son côté le représentant américain au Commerce, Rob Portman, avant de partir pour les Etats-Unis sans attendre la fin de la réunion.

La question des subventions des pays riches à leur agriculture avait notamment fait capoter le sommet de l’OMC à Cancun (Mexique) en 2003. Pour la commissaire européenne à l’Agriculture Mariann Fischer-Boel également, cette fois, « les choses ont véritablement avancé ». « Nous nous félicitons de la proposition du G20 sur l’accès aux marchés, qui est une très bonne base pour la suite du travail », a-t-elle ajouté.

L’organisation Oxfam, au nom des pays pauvres, s’est aussi réjouie des progrès accomplis à Dalian. Elle a précisé que le Japon, tout comme les Etats-Unis, avaient accepté de négocier sur la base de la proposition du G20, qui n’a cependant pas fait l’unanimité.

« La base de la proposition du G20 n’est pas si claire que ça. Certaines délégations ont exprimé leur accord, mais d’autres ont clairement manifesté leur opposition », a déclaré à l’AFP Ronald Saborio, ambassadeur du Costa Rica à l’OMC. Les discussions de mercredi devaient porter sur l’accès aux marchés des produits non-agricoles ainsi que sur la libéralisation du secteur des services.

Commentaires