La Semaine de la prévention en agriculture 2002 de la CSST et de l’UPA

Montréal (Québec), 11 février 2002 – La Commission de la santé et de la sécurité du travail (CSST) et l’Union des producteurs agricoles (UPA), en collaboration avec leurs partenaires du réseau de la santé, préparent la Semaine de la prévention en agriculture 2002. Cette activité provinciale est destinée aux travailleurs et aux employeurs du secteur agricole. Ils seront invités à participer, du 6 au 13 mars prochain, à des ateliers d’information offerts par les fédérations régionales de l’UPA. Le thème de 2002, Ne vous laissez pas mettre en pièces, rappelle les dangers des pièces en mouvement de la machinerie agricole.

Des dangers répandus

Dans une ferme, plus d’une machine comporte des pièces en mouvement : arbre de transmission d’une machine actionnée par la prise de force d’un tracteur, barre de coupe d’une faucheuse, convoyeur à chaîne d’une récolteuse de pommes de terre, etc. Qu’il s’agisse de rouages, d’engrenages ou d’autres pièces, voilà autant de sources de danger si on ne s’en protège pas correctement. De plus, les occasions de se blesser ne manquent pas. Ce peut être pendant la réparation d’une machine, le remplacement d’une pièce, en cas de mauvaises conditions de fonctionnement (visibilité réduite, vitesse excessive, etc.) ou simplement quand la machine est en marche.

Plus d’un risque

La personne qui entre en contact avec une pièce en mouvement risque gros. Enroulement, pincement, coupure, écrasement, entraînement et projection d’objets peuvent causer des blessures, voire la perte d’un membre ou la mort. De 1995 à 2000, 967 maladies ou accidents du travail reliés à la machinerie agricole ont été reconnus par la CSST, ce qui représente 12 % des lésions survenues dans les exploitations agricoles inscrites à la CSST. Quant aux données du Programme canadien de surveillance des blessures en milieu agricole, elles indiquent qu’entre 1989 et 1998, plus de 10 % de toutes les blessures mortelles survenues dans les fermes québécoises ont été causées par des pièces en mouvement.

Facteurs de risque

Dans certaines situations, le danger potentiel augmente. C’est le cas quand l’entretien ou l’utilisation de véhicules ou de machines sont inadéquats, notamment s’il n‘y a pas de dispositif de protection ou si la machine a été modifiée. Le manque de formation représente aussi un facteur de risque, et plus encore quand l’opérateur de la machine est plongé dans une période de travail intense. Enfin, la main-d’oeuvre occasionnelle, les stagiaires et les jeunes constituent des groupes particulièrement vulnérables.

Identifier, corriger, contrôler

Adopter une démarche de prévention pourrait éviter bien des blessures. Pour se protéger des pièces en mouvement dans une entreprise agricole, il convient d’abord de faire le relevé des machines, de leurs dangers ainsi que des situations à risque. Dans un deuxième temps, on doit mettre en place les mesures correctives qui s’imposent. Enfin, l’efficacité des moyens et l’application des mesures seront vérifiées régulièrement.

Des ateliers en 2002

Pour se protéger des risques générés par les pièces en mouvement, autant être bien formé et informé quant aux méthodes de travail les plus sécuritaires. On pourra se renseigner sur la tenue d’un atelier auprès des fédérations régionales de l’UPA, et aussi contacter le bureau régional de la CSST afin de se procurer le guide Ne vous laissez pas mettre en pièces, qui explique comment prévenir les situations de risque.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Commission de la santé et de la sécurité au travail (CSST)

http://www.csst.qc.ca/

Union des producteurs agricoles (UPA)

http://www.upa.qc.ca/

Commentaires