Lait : la génétique de plus en plus accessible

uniteMême si les techniques en amélioration génétique évoluent à une bonne vitesse, l’accessibilité de ces technologies demeure limitée pour les producteurs laitiers. Pour répondre à cette problématique, la clinique vétérinaire Centre-du-Québec a innové en concevant la première unité mobile de récolte d’ovocytes (ovules). Cet équipement a été présenté lors du Suprême laitier de Saint-Hyacinthe en novembre dernier.

Il s’agit d’une remorque spécialement aménagée pour que la collecte d’ovocytes puisse être effectuée à la ferme chez les éleveurs propriétaires de femelles à haute valeur génétique. Déplacer l’équipement de collecte plutôt que de transporter les animaux à un centre spécialisé devrait faciliter l’accès des nouvelles technologies visant à accroître le taux d’amélioration génétique et la rentabilité des bovins laitiers.

Par ailleurs, lors du Forum de l’industrie de l’amélioration des bovins laitiers, organisé par le Réseau laitier canadien (CDN) en septembre dernier, le Dr Patrick Blondin de Boviteq a présenté une conférence qui a suscité beaucoup d’intérêt sur les nouvelles technologies et la sélection génétique.

Voici quelques faits saillants :

  • La FIV (fécondation in vitro) est de plus en plus utilisée comme méthode de production d’embryons puisqu’elle peut être pratiquée sur des génisses dès l’âge de six mois et même chez des femelles gestantes. Elle peut offrir d’excellents résultats :
    • Avec la FIV, sur une période de 45 à 60 jours, on obtient en moyenne 21 embryons viables, dont 10 femelles qui produisent 4,3 gestations femelles (42 % de gestation à 60 jours) soit 3,6 fois plus que la surovulation traditionnelle.
    • La combinaison de la FIV avec la semence sexée produira huit gestations femelles à 60 jours, soit sept fois le nombre de femelles produites avec la surovulation traditionnelle.
  • L’évaluation génomique sur les embryons est devenue une pratique courante chez Boviteq. Elle consiste à faire une biopsie de l’embryon et à multiplier l’ADN obtenu pour pouvoir évaluer sa valeur génomique. Les résultats très favorables motivent l’utilisation de cette technique pour identifier les meilleurs embryons et ainsi réduire les frais de production de veaux d’élite issus de la FIV.
  • Ces technologies offrent le potentiel de changer le schéma d’amélioration génétique des bovins : l’implantation d’embryons sexés femelles produits en FIV pourrait remplacer progressivement l’insémination de semence de taureaux pour féconder les vaches et ainsi augmenter le taux de progrès génétique du cheptel.

 

à propos de l'auteur

La référence en nouvelles technologies agricoles au Québec.

Fondé en 1918, Le Bulletin des agriculteurs traite des tendances, des innovations et des dernières avancées en matière de cultures, d’élevages et de machinisme agricole dans le but de faire prospérer les entreprises agricoles d’ici.  

Commentaires