Lauréats des prix paysage agricole Canadien

Halifax (Nouvelle-Écosse), 28 février 2002 – Seize individus et groupes canadiens ont été reconnus à Halifax pour leurs efforts visant à promouvoir la protection des aires de conservation de la faune et la mise en oeuvre de pratiques agricoles écologiques.

Le ministre de l’Agriculture et de l’Agroalimentaire, M. Lyle Vanclief, a annoncé les récipiendaires 2002 du Programme de reconnaissance Paysage agricole canadien lors de l’assemblée générale annuelle de la Fédération canadienne de l’agriculture (FCA).

« Les gens et les organismes que nous honorons aujourd’hui représentent des chefs de file de la collectivité agricole, souligne M. Vanclief. Ce sont des Canadiens dévoués qui s’attachent à donner l’exemple et à encourager, par leurs efforts, la gestion écologique dans le secteur agricole. »

Le Programme de reconnaissance Paysage agricole canadien, qui en est maintenant à sa deuxième année, vise à encourager les pratiques de conservation en soulignant les efforts de gestion écologique exemplaire des agriculteurs et des éleveurs de partout au pays. Mis en nomination dans leur propre collectivité, les lauréats, ont été choisis selon un certain nombre de critères pour leurs réalisations exceptionnelles.

Parmi les personnes honorées cette année, certaines d’entre elles ont aménagé des lieux illustrant comment l’agriculture et la nature peuvent cohabiter. D’autres ont fait la promotion de la protection des surfaces herbagères indigènes, de l’habitat des poissons et des oiseaux, et s’emploient même à réintroduire le châtaignier d’Amérique, une espèce en péril.

« La protection de l’environnement constitue l’un des éléments clés de notre vision du secteur agricole canadien, explique M. Vanclief. Les consommateurs d’aujourd’hui désirent des produits sains et de première qualité, mais pas aux dépens de notre habitat naturel. Nous devons rester vigilants en matière de protection de l’environnement tout en visant la croissance de notre système agricole et agroalimentaire. »

« Je suis extrêmement fier des lauréats du prix Paysage agricole canadien de cette année, a déclaré Bob Friesen, le président de la FCA. Leurs efforts prouvent qu’il est possible pour l’agriculture et la faune de cohabiter en harmonie. »

« En soulignant les efforts exemplaires de gestion des terres, le Programme de reconnaissance Paysage agricole canadien aide à promouvoir la conservation de la faune et les pratiques agricoles écologiques, » a ajouté Jean Cinq-Mars, directeur exécutif, Habitat faunique Canada (HFC).

Chaque lauréat d’un prix Paysage agricole canadien recevra un exemplaire de la série limitée de l’oeuvre « L’éveil », de l’artiste de renom Antony John.

Le Programme de reconnaissance est administré par HFC, de concert avec la FCA et Agriculture et Agroalimentaire Canada (AAC). Il a reçu une contribution de 600 000 dollars du Fonds canadien d’adaptation et de développement rural (FCADR) d’ACC. Le FCADR, initiative fédérale lancée en 1995, bénéficie d’un budget de 60 millions de dollars par année. Le fonds a pour but de promouvoir la croissance à long terme, l’emploi et la compétitivité dans le secteur agricole et agroalimentaire canadien.

Lauréats des prix Paysage agricole canadien 2002

Le Programme de reconnaissance Paysage agricole canadien, financé par le Fonds canadien d’adaptation et de développement rural, vise à encourager les pratiques de conservation en reconnaissant les efforts de gestion écologique exemplaire des agriculteurs et des éleveurs à travers le Canada en matière de gestion environnementale. Paysage agricole canadien a reconnu et récompensé 16 individus et organisations pour leurs réalisations exceptionnelles et pour leur apport à la bonne gestion des terres agricoles. Les gagnants sont :

George Webster, Summerside, Île-du-Prince-Édouard
Site de démonstration agro-environnementale Maple Plains
M. Webster a joué un rôle important dans la création de ce site de démonstration agro-environnmentale Maple Plains, lauréat du prix. Il est également un chef de file reconnu dans le milieu agricole de cette province et a encouragé, tout au long de sa carrière d’agriculteur, la responsabilité environnementale et les pratiques agricoles durables. M. Webster s’est aussi mérité le Prix d’excellence canadien en agroalimentaire pour la gérance de l’environnement en 2001.

Bedeque Bay Environmental Management Association, Summerside, Île-du-Prince-Édouard
Site de démonstration agro-environnementale Maple Plains
La Bedeque Bay Environmental Management Association a été un porte-parole très important à l’Île-du-Prince-Édouard pour la promotion de pratiques agricoles respectueuses de l’environnement et la conservation des habitats fauniques. Le Site de démonstration
agro-environnementale Maple Plains est l’un des plus grands projets de l’association. Le site de 68 hectares prouve que, grâce à des pratiques agricoles durables et à la conservation des habitats fauniques, l’agriculture et la nature ne sont pas incompatibles.

Kent Agri-Conservation Club, Bouctouche, Nouveau-Brunswick
Protection des bassins hydrographiques
Le Kent Agri-Conservation Club collabore avec les agriculteurs installés sur les trois bassins dans le sud-est du Nouveau-Brunswick en vue de protéger les rivières et les cours d’eau de la région. Le club est le premier organisme de la province à faire la promotion de l’intégration des plans environnementaux en agriculture, les plans de gestion des nutriments et la protection des bassins.

Ferme Ben-gi, RR1 Dégelis, Québec
Protection de la ressource hydrique du Ruisseau des sapins
La présence d’une bande riveraine boisée contribue à protéger les cours d’eau et les terres humides sur la Ferme Ben-gi et à maintenir les habitats des poissons et de la faune. On fait la promotion de la Ferme Ben-gi au sein du milieu agricole québécois comme étant un exemple de protection des cours d’eau et des terres humides.

Roland Lefebvre, Saint-Prosper de Champlain, Québec
Protection des cours d’eau et des terres humides à la ferme
M. Lefebvre a instauré un plan de protection des cours d’eau sur sa ferme de Saint-Prosper de Champlain. Il a mis en place des bandes riveraines afin d’empêcher les nutriments et les sédiments de pénétrer dans la rivière.

Ferme la rivière Ferrée, St-Roch-des-Aulnaies, Québec
Projet de haies brise-vent
On a planté près de 10 kilomètres de haies brise-vent sur la Ferme la rivière Ferrée afin de prévenir l’érosion du sol et de créer des habitats fauniques. Cette ferme québécoise est réputée pour l’intégration à son exploitation des pratiques reconnues en agriculture durable. Ce projet prouve aux agriculteurs locaux qu’il est possible de retirer de nombreux avantages environnementaux et esthétiques en plantant des arbres le long des terres agricoles et ce, sans affecter le rendement de culture.

Association pour l’amélioration des sols et des récoltes de l’Ontario, Guelph, Ontario
Rétablissement du châtaignier d’Amérique
Plus de 11 000 semis ont été plantés sur des exploitations agricoles dans le sud ontarien afin de rétablir le châtaignier d’Amérique. Cette essence avait peu à peu disparu en Ontario à cause d’une maladie qui avait été introduite accidentellement en Amérique du Nord au début des années 1900. Ce projet a permis de sensibiliser le secteur agricole de la région à la nécessité de protéger les espèces vulnérables d’arbres, de plantes indigènes, et les habitats.

Interlake Forage Seeds, Fisher Branch, Manitoba
Gérance environnementale
La ferme familiale Gregory a trouvé un créneau commercial avec la production de leurs semences d’herbes indigènes. Interlake Forage Seeds fut le premier producteur commercial d’espèces variées d’herbes indigènes. Ces espèces produites par l’entreprise servent à la bonification des terres dans les grandes plaines du nord. Interlake est également reconnu pour jouer un rôle de chef de file dans la promotion des cultures vivaces et des herbes indigènes afin de créer des habitats fauniques.

James Robertson, Amaranth, Manitoba
Conservation des terres humides sur terrain privé
M. Robertson a déployé d’énormes efforts pour conserver les herbes indigènes et les terres humides sur sa ferme au Manitoba, tout en exploitant un élevage prospère de bétail mixte. En partenariat avec Canards Illimités Canada, M. Robertson se penche depuis plus de 20 ans sur le développement d’une vaste zone de terres humides. Grâce à son travail, des milliers de sauvagines bénéficient d’un excellent habitat.

The Seton Centre, Carberry, Manitoba
Programme de conservation de la prairie mixte
Ce programme s’assure le concours des propriétaires terriens et des agriculteurs dans le sud-ouest du Manitoba afin de conserver la prairie mixte naturelle. Cette végétation qui a déjà couvert la plupart des grandes plaines centrales d’Amérique du Nord est nécessaire pour les habitats fauniques, la conservation du sol et pour le maintien de la qualité de l’eau.

Peter and Sharon Butala, Eastend, Saskatchewan
Old Man on His Back Prairie and Heritage Conservation Area
Peter et Sharon Butala aident à préserver plus de 4 450 hectares de prairie indigène dans le sud-ouest de la Saskatchewan par le biais d’un partenariat avec la Société canadienne pour la conservation de la nature. Ce territoire des Cypress Uplands est l’un des meilleurs exemples de prairie indigène restants en Saskatchewan. Il accueille aussi plusieurs espèces en voie de disparition, telles que la chevêche des terriers et la buse rouilleuse.

Nature Saskatchewan, Regina, Saskatchewan
Opération Chevêche des terriers
Plus de 400 participants au programme protègent près de 60 000 hectares d’herbages des prairies (sur les terres publiques et privées) en Saskatchewan pour la chevêche des terriers et autres espèces des prairies. Grâce à ce programme, la chevêche des terriers est devenue le symbole de la conservation de la faune et de l’intendance volontaire.

Saskatchewan Wetland Conservation Corporation, Regina, Saskatchewan
Programmes de gestion des terres
Les trois programmes principaux de la Corporation encouragent la conservation des terres humides, des zones riveraines et des prairies. Ils font également la promotion de la gestion durable des ressources. Des milliers de propriétaires terriens de toute la province participent à ces programmes afin d’améliorer la biodiversité dans les prairies de la Saskatchewan.

Chilako Watershed Council, Prince George, Colombie-Britannique
Projet de protection de la rivière Chilako
Cet organisme collabore assidûment avec les propriétaires terriens, le secteur industriel et le gouvernement en vue de protéger la rivière Chilako et les habitats de ses poissons contre la dégradation du cours d’eau causée par l’érosion, le bétail et l’exploitation forestière. De nombreux projets sont entrepris pour clôturer la rivière et restaurer les rives.

The Delta Agricultural Society, Delta, Colombie-Britannique
Appui au Delta Farmland and Wildlife Trust
La Delta Agricultural Society a contribué pour plus d’un million de dollars à la gestion des terres agricoles dans le delta. Cet organisme est un soutien important au Delta Farmland and Wildlife Trust, qui encourage la conservation des habitats fauniques dans le delta du bas Fraser.

The Land Conservancy of BC, Victoria, Colombie-Britannique
Interior Grasslands and Forests Campaign
L’organisme travaille avec les agriculteurs et les grands éleveurs de l’intérieur de la
Colombie-Britannique afin de préserver les herbages indigènes et les habitats fauniques. Les participants au programme reçoivent également une aide à la commercialisation sous forme d’une étiquette de conservation qu’ils peuvent appliquer sur leurs produits prouvant ainsi leur implication dans la préservation des zones naturelles importantes de la province.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Agriculture Canada

http://Aceis.AGR.CA/

Fédération Canadienne de l’agriculture

http://www.cfa-fca.ca/

Commentaires