Le Canada dépasse son objectif de dépistage de l’ESB pour 2005

Ottawa (Ontario), 24 juin 2005 – Le Canada a dépassé l’objectif qu’il s’était fixé pour 2005 en matière de dépistage de l’encéphalopathiespongiforme bovine (ESB). L’objectif pour cette année était de 30 000 bovins et, au 17 juin, 32 363 échantillons ont été prélevés et testés dans le réseau des laboratoires provinciaux et fédéraux du Canada.

L’envergure et la méthode de dépistage de l’ESB au Canada sontentièrement conformes aux lignes directrices de l’Office international desépizooties (OIE). Les échantillons sont prélevés sur les animaux à risque leplus élevé au sein du cheptel national. Il s’agit de tous les animaux âgés deplus de 30 mois qui sont morts, couchés, mourants ou malades et des animaux detous âges dont la santé est douteuse. Ce programme de surveillance ciblée estabsolument nécessaire pour définir le niveau d’ESB au Canada et confirmerl’efficacité de l’ensemble des mesures mises en place pour protéger la santédes humains et des animaux contre la maladie. Compte tenu de l’intensité et dela sensitivité du programme de dépistage et des renseignements collectés auCanada lors des enquêtes sur l’ESB, on déduit que la prévalence de l’ESB auCanada est extrêmement faible et continue de diminuer.

« Le fait d’avoir dépassé cet objectif de surveillance à mi-chemin dansl’année illustre l’efficacité du programme national de surveillance de l’ESBet témoigne de l’acharnement des producteurs canadiens de déceler la maladie »,a déclaré le ministre d’Agriculture et Agroalimentaire, Andy Mitchell.

En 2004, un programme Surveillance de l’ESB-Programme de remboursement aété mis en place pour compenser financièrement les producteurs pour leursservices quand ceux ci soumettent des échantillons admissibles au programmenational. Cet argent aide les producteurs à payer une partie des honoraires duvétérinaire qui fait l’examen et les coûts d’élimination de la carcasse desanimaux. Un grand nombre de provinces ont aussi démontré leur engagement enoffrant un soutien en sus du programme de surveillance en augmentant lacapacité des laboratoires, en lançant des campagnes d’éducation et desensibilisation, en aidant à l’échantillonnage et en versant des supplémentsfinanciers aux paiements fédéraux. Cet effort collectif est essentiel ausuccès du programme de surveillance national et à la démonstration continue dela vigilance en matière de santé animale et publique et de salubrité desaliments au Canada.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Agriculture Canada
http://Aceis.AGR.CA/

Commentaires