Le coût de fabrication des pâtes alimentaires et d’autres aliments augmentera

Ottawa (Ontario), 27 février 2008 – Déjà affectés par l’augmentation des coûts de fabrication et de transformation du pain et des produits céréaliers, les consommateurs canadiens devront maintenant payer plus cher pour les pâtes alimentaires. En effet, la conjoncture du marché est sans appel : rien nepourra prévenir la hausse du prix de cette denrée courante.

Confrontée simultanément à des conditions météorologiquesparticulièrement mauvaises, à l’augmentation de la superficie des terresréservées à la culture du mais destiné à la production de l’éthanol, et ce audétriment de la culture du blé, et à une baisse généralisée des réserves deblé dur, l’industrie des pâtes alimentaires traverse des temps difficiles.

La Canadian Pasta Manufacturers Association (CPMA) rapporte que lesfabricants de pâtes alimentaires du monde entier font face à une conjonctureexceptionnelle, soit une série complète de circonstances défavorables ayantpour effet de faire monter en flèche les coûts de production effectifs. Lespériodes de sécheresse en Australie, des pluies extrêmes dans certainesrégions d’Europe et des conditions particulièrement sèches en Amérique du Nordse sont soldées par des récoltes de blé dur médiocres ou moins abondantes. Acela s’ajoute la baisse des quantités de blé dur produites en 2006-2007,plusieurs agriculteurs s’étant tournés vers la production du mais, dont lepotentiel ne cesse de croître avec la demande grandissante pour lebiocarburant, une solution contribuant à la protection de l’environnement.

L’affaiblissement des réserves et, de ce fait, la hausse spectaculairedes prix du blé dur résultent de cet ensemble de circonstances. Le coûtapproximatif du blé dur, ingrédient de base des pâtes alimentaires est passéde 4,90 $ en 2005 à 5,40 $ le boisseau en 2006. Tout au long de l’année 2007,il a augmenté à une vitesse folle pour atteindre les 21 $. Et cela continue.L’année 2008 vient à peine de débuter que le coût du boisseau de blé dur sesitue déjà entre 23 et 24 $. Selon la CPMA :

« Les coûts d’approvisionnement en blé dur ont grimpé en flèche, ce qui a un effet direct sur les coûts de fabrication des pâtes alimentaires. Au cours des 40 dernières années, l’industrie des pâtes alimentaires n’a jamais connu une conjoncture aussi néfaste. La hausse fulgurante du prix du blé dur a été un véritable choc pour l’industrie. »

Pour surmonter cette crise, la CPMA compte sur le soutien desagriculteurs canadiens, à qui elle demande d’augmenter leur production de blédur.

Malheureusement, selon la Commission canadienne du blé (CCB), le marchédu blé dur demeurera sous-approvisionné en 2007-2008, ajoutant dans sonrapport que :

« Avec les problèmes de production résultant des mauvaises conditions météorologiques dans toute région productrice de blé dur à travers le monde et la faiblesse des réserves, les prix continueront d’augmenter. »
CWB Grain Marketing Report – Janvier 2008

Confrontés à la hausse de leurs coûts de production essentiels, lesfabricants de pâtes alimentaires ont dû se résoudre à augmenter les prix deleurs produits de consommation. Depuis l’automne dernier, les prix de détaildes pâtes alimentaires ont augmenté. Ceci a un impact sur la majorité desconsommateurs canadiens, ces produits faisant partie de l’alimentation de basede 88 % d’entre eux.

Les fabricants de pâtes alimentaires ne sont pas les seules entreprises àêtre affectées par une conjoncture défavorable. Pour d’autres fabricants deproduits alimentaires, la hausse des coûts des ingrédients est égalementproblématique.

« Les coûts du blé, de l’huile de soya, du fromage, du café, du cacao et de plusieurs autres denrées de base ont considérablement augmenté par rapport aux moyennes des dix dernières années. »
Reuters, 31 janvier 2008

« En bout de ligne, les pâtes alimentaires demeurent l’une des denrées lesplus abordables pour les consommateurs canadiens. Pour une famille de quatrepersonnes, un repas à base de pâtes alimentaires est toujours un choixnutritif, savoureux et satisfaisant », a ajouté la CPMA.

Par conséquent, les consommateurs devraient continuer à privilégier lespâtes alimentaires pour leur apport nutritif et leurs bienfaits pour la santé,sans s’attarder à la hausse des prix de détail de cette denrée de base. Lesproduits céréaliers, dont font partie les pâtes alimentaires, constituent unesource d’énergie significative pour l’organisme et, à ce titre, occupent uneplace de premier choix dans un régime alimentaire équilibré.

L’industrie canadienne des pâtes alimentaires, de pair avec la Commissioncanadienne du blé et l’Association canadienne de la boulangerie, est fière decommanditer le programme de communication sur la santé « Les produitscéréaliers, essentiels pour la santé! ». Les produits céréaliers, dont fontpartie les pâtes alimentaires, nous procurent des vitamines et des minérauxessentiels, dont la thiamine, la riboflavine, la niacine, l’acide folique etle fer. Les grains entiers et les pâtes alimentaires de blé entier sontégalement une importante source de fibres alimentaires. Pour plusd’information à ce sujet, visitez le site www.grainsessential.ca.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Association canadienne de la boulangerie
http://www.bakingassoccanada.com/

Commission canadienne du blé
http://www.cwb.ca/

Commentaires