Le développement éolien devra se faire différemment selon les producteurs agricoles et forestiers du Bas-Saint-Laurent

Rimouski (Québec), 8 décembre 2005 – Le développement débridé du potentiel éolien irrite l’UPA et le Syndicat des producteurs forestiers du Bas Saint Laurent. Plus de 300 participants au colloque sur le développement durable dela ressource éolienne ont pris connaissance de ce qui se fait ailleurs dans lemonde et ont réfléchi à divers modèles de production.

Cette réflexion a fait dire au président de l’UPA du Bas-Saint-Laurent,M. Claude Guimond que « c’est la participation du milieu et sa justerétribution par les promoteurs quels qu’ils soient qui sont gages de succèsdes projets. Au Bas-Saint-Laurent, les gens sont capables d’imagination et deconcertation. On nous a présenté aujourd’hui des démarches et des projetscollectifs. On peut s’en inspirer ».

L’UPA veut mettre sa structure au service de groupes de producteurs quidésirent élaborer ou participer à des projets de parcs éoliens. Desnégociations avec Hydro-Québec ont débuté pour établir une procédured’indemnisation et de rétribution pour les entreprises agricoles etforestières.

Pour le président du Syndicat des producteurs forestiers, M. Jean-MauriceLechasseur, « il est temps que l’ensemble des intervenants socioéconomiques duBas-Saint-Laurent crée une véritable alliance afin que la région prenne encharge le développement durable de la ressource éolienne sur une baseéquitable pour les propriétaires ».

En conclusion, les porte-parole des producteurs agricoles et forestiersont souligné que le développement éolien constitue une belle opportunité quipeut générer des retombées intéressantes, à la condition qu’il demeurerespectueux des producteurs agricoles et forestiers et du milieu en général.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Union des producteurs agricoles (UPA)
http://www.upa.qc.ca/

Commentaires