Le gouvernement canadien devrait surveiller le programme américain d’aide alimentaire

Winnipeg (Manitoba), le 24 février 2000 – La CCB a demandé aujourd’hui au gouvernement du Canada d’invoquer tous recours légaux disponibles dans le cadre des accords de commerce internationaux pour s’assurer que les États-Unis ne sont pas en train de se tailler une part plus importante de leurs marchés sous prétexte d’aide alimentaire.







La CCB répond à l’annonce par les américains d’une augmentation de trois millions de tonnes de produits agricoles dans le cadre de son aide alimentaire.


La CCB répond en l’occurrence à l’annonce par les américains d’une augmentation de trois millions de tonnes de produits agricoles dans le cadre de son aide alimentaire.

« Nous allons surveiller ce programme de près, expliquait Adrian Measner, vice-président exécutif, Commercialisation; « S’il devait ressortir qu’il ne s’agit pas d’aide alimentaire légitime, mais d’une tentative des américains d’accroître leur part de marché, nous demanderons au gouvernement fédéral de se manifester auprès du Comité responsable de l’écoulement des excédents de la FAO – Organisme des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture.»

Measner expliquait que tous dons à des pays comme l’Indonésie,seraient considérés comme une substitution à du blé marchand et entraînerait un recours du gouvernement canadien destiné à mettre le gouvernement américain sur tous les fronts possibles.

« L’aide alimentaire est tout-à-fait légitime quand le bénéficiaire est effectivement un pays qui ne parvient pas à subvenir à ses besoins alimentaires et qui ne dispose pas des fonds à l’achat de nourriture pour ses populations. Nous savons cependant que les États-Unis s’efforcent de s’assurer de nouveaux débouchés pour leurs exportations en accordant de l’aide alimentaire à des pays qui autrement procéderaient à des soumissions marchandes. Ces pratiques causent du tort aux entreprises commerciales, au détriment des autres pays exportateurs. »

Le Canada se range au deuxième rang mondial des exportateurs de blé, derrière les États-Unis. Sur la base des prix pratiqués sur les marchés aujourd’hui, trois millions de tonnes de blé représentent entre 500 et 600 millions de dollars canadiens.

Measner soulignait qu’il s’agit de veiller à ce que l’administration de l’aide alimentaire soit méticuleuse et rigoureuse, pour empêcher tous préjudices aux débouchés commerciaux, ce qui à son tour cause du tort aux agriculteurs canadiens. Il enjoint le gouvernement américain à s’en tenir à l’énoncé de sa politique, à savoir que l’aide alimentaire n’est pas censée interrompre la marche normale du commerce.

La CCB est le plus important marchand de blé et d’orge au monde. Son siège social est à Winnipeg (Manitoba). La CCB compte parmi les plus importants exportateurs du Canada et représente la plus importante source de devises étrangères au Canada. Elle exporte le blé et l’orge des Prairies dans plus de 70 pays à travers le monde et restitue le produit total des ventes, moins les frais de mise en marché, aux producteurs de l’Ouest canadien.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Commission canadienne du blé

http://www.cwb.ca/

Commentaires