Le PLQ abdique sa responsabilité dans le dossier de l’étiquetage obligatoire des OGM

Montréal (Québec), 17 novembre 2004 – Le débat à l’Assemblée nationale du Québec concernant l’étiquetage obligatoire des OGM vient de se terminer par un vote qui confirme que le gouvernement Libéral du Québec ne va pas s’engager en faveur de l’étiquetage obligatoire des OGM sans l’accord des autres provinces canadiennes et du gouvernement fédéral.

« Comme on connaissait déjà les réponses négatives des autres provincesconcernant l’étiquetage obligatoire des OGM(1), le vote des libéraux de cetaprès-midi signifie de facto que le gouvernement Charest confirme qu’il renieune de ces promesses électorales. De plus, le vote des libéraux donne auxautres provinces et au gouvernement fédéral de facto un droit de veto àl’encontre de la volonté de la majorité des Québécoises et Québécois qui veutavoir le droit de savoir si leurs aliments contiennent ou non des OGM »,déplore Eric Darier de Greenpeace.

« Si le gouvernement du Québec avait appliqué la même logique au dossierdes garderies qu’il vient d’adopter pour l’étiquetage obligatoire des OGM, lesfamilles québécoises seraient encore en train d’attendre que le reste duCanada décide pour elles ! La décision du gouvernement libéral est uneillustration d’un manque flagrant de leadership dans le dossier des OGM, » deconclure Eric Darier.

Greenpeace invite les membres du PLQ qui vont se réunir en congrès cettefin de semaine à Montréal, de rappeler à leurs dirigeants la promesse de leurparti en faveur de l’étiquetage obligatoire. Greenpeace invite aussil’ensemble des Québécoises et Québécois qui veulent l’étiquetage obligatoire àle faire savoir au premier ministre Jean Charest, en allant sur le site de Greenpeace.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Greenpeace Canada
http://www.greenpeacecanada.org/

Parti libéral du Québec
http://www.plq.org/

Commentaires