Le prix des engrais explose

Le prix ,de l'urée, un populaire produit azoté, a grimpé à son niveau le plus haut depuis 2012.

Le prix des engrais explose

S’il faut se fier aux prix récents des fertilisants, la flambée de l’inflation n’est pas prêt de se terminer. Selon Bloomberg, le prix de l’urée a connu une forte poussée dans les derniers mois qui a culminé récemment à un niveau inédit depuis 2012 à la Bourse de la Nouvelle-Orléans, là où se trouve la principale bourse pour ces denrées. Un autre produit phosphaté, le DAP, a pour sa part affiché un sommet depuis 2008. Un graphique de Bloomberg montre l'évolution des prix depuis 2016 (en anglais).

U.S. fertilizer prices have spiked on supply disruptions

Une conjoncture d’événements a mené à cette flambée. Plusieurs tempêtes dans le golfe du Mexique ont d’abord obligé la fermeture de nombreux sites de production d’engrais, dont le plus important au monde appartenant à CF Industries Holdings. La même entreprise a, par la suite, dû fermer deux usines au Royaume-Uni en raison d’une autre poussée des prix, cette fois du gaz naturel qui a atteint récemment des records. Ces sites sont les principaux producteurs d’azote dans le monde. Une autre entreprise, Yara International ASA, a pour sa part indiqué qu’elle réduirait sa production d’ammoniaque de 40%, pour les mêmes raisons.

La poussée des prix risque d’inciter les producteurs à faire des choix quant aux produits achetés pour la ferme, ou encore à attendre en espérant que les prix reviennent à des niveaux plus raisonnables.

Un des impacts prévisibles pourrait être des superficies plus faibles de maïs puisque la céréale est reconnue pour ses besoins en nutriments. Les producteurs pourraient alors se tourner vers d’autres types de grains ou fèves, telles que les lentilles, les pois ou encore le soya. À terme, une utilisation moindre d’engrais pourrait signifier des rendements plus faibles et des stocks plus serrés, et des prix en hausse, une mauvaise nouvelle pour les éleveurs.

La tendance à la hausse pourrait se refléter sur les prix en alimentation, alors que l’indice de l’ONU sur les prix en alimentation ont atteint un quasi sommet en une décennie. Les agriculteurs ont connu leur lot de problèmes face à des prix croissants, que ce soit au niveau de la main-d’œuvre, de la machinerie que des semences.

à propos de l'auteur

Journaliste

Céline Normandin

Céline Normandin est journaliste spécialisée en agriculture et économie. Elle collabore également au Bulletin des agriculteurs.

Commentaires