Le prix du bœuf grimpera

Le prix du bœuf américain devrait grimper durant la prochaine année, prédit l’agroéconomiste Christopher Hurt, de l’Université Perdue en Indiana. En fait, depuis 2007, le prix du bœuf est à la hausse. Le prix des 100 livres de bouvillons finis était de 92 $US en 2007. En 2011, il devrait être autour de 113 $US et de plus de 120 $US en 2012.

En voici les principales causes :

• Depuis 2007, les producteurs de bœufs sont découragés des hauts prix d’alimentation de leurs animaux causés par les sécheresses dans les plaines du sud-ouest.

• Depuis 2007, le nombre de vaches bovines a diminué de 12 % et le nombre de génisses de remplacement a diminué de 5%.

• Les exportations devraient être en hausse de 19% cette année, en raison de la faiblesse du dollar américain et de la forte demande des pays émergeants.

Autres éléments à noter

« Les exportations de bœuf devraient atteindre un record de 11% de la production américaine cette année, dit-il dans un article publié sur le site PorkNetwork. Il s’agit d’une reprise marquée depuis 2004 alors que les exportations ne représentaient que 2% de la production après la découverte de l’ESB, alors que les acheteurs internationaux ont diminué leurs importations de bœuf américain. »

Les importations devraient diminuer de 5% cette année, ce qui fera passer les États-Unis d’importateurs nets à exportateurs nets. « Une situation inusitée », précise Christopher Hurt.

L’augmentation du prix du bœuf a fait diminuer la consommation de bœuf par capita de 17% depuis 2007. En 2012, elle sera de 54,3 livres par habitant, comparativement à 65,2 livres en 2007.

Christopher Hurt ne croit pas que la production bovine augmentera tant que la sécheresse des plaines du sud-ouest ne diminuera pas. « Si le rendement de la récolte de 2012 revient à la normale, les prix des aliments et des fourrages diminueront, et le prix des bovins sera très élevé, dit-il. Voilà une combinaison qui pourrait faire augmenter rapidement le prix des veaux à l’automne 2012. La rétention des génisses vers l’élevage à la fin de 2012 pourrait réduire encore plus la vente de bœuf et pourrait faire grimper encore plus le prix des bouvillons en 2013. »

Selon Christopher Hurt, la faible production bovine devrait garder le prix des veaux élevé jusqu’en 2015.

Source : PorkNetwork

Site de l’agroéconomiste : Christopher Hurt

à propos de l'auteur

Agronome et journaliste

Marie-Josée Parent couvre les productions laitière, bovine, avicole et porcine au Bulletin des agriculteurs.

Commentaires