Le programme des brise-vent contribue à assainir l’environnement et à réduire l’impact des sécheresses

Saskatoon (Saskatchewan), 26 mars 2002 – Il est maintenant possible de s’inscrire au Programme amélioré des brise-vent (PAB) d’Agriculture et Agroalimentaire Canada (AAC) qui vise à réduire les gaz à effet de serre en augmentant le nombre de brise-vent dans l’Ouest canadien.

Les brise-vent sont des rangées d’arbres et d’arbustes qui forment un écran pour protéger le sol, l’eau et les terres humides de l’érosion, tout en améliorant les habitats fauniques. Les brise-vent constituent en outre une façon rentable de diminuer les effets à long terme du changement climatique et des sécheresses.

Le Programme s’inscrit dans le cadre du Plan d’action 2000 du gouvernement du Canada sur les changements climatiques. Il s’agit d’un programme quinquennal doté de 4 millions de dollars et géré par l’Administration du rétablissement agricole des Prairies (ARAP) d’AAC par l’entremise de son Centre d’aménagement de brise-vent d’Indian Head, en Saskatchewan. Grâce au PAB, les services du Centre seront élargis afin d’accroître le succès des plantations brise-vent, tout en réduisant les coûts pour les propriétaires fonciers.

« Cette initiative s’intègre bien dans notre plan à long terme de tabler sur la réputation de chef de file mondial du Canada en matière de production respectueuse de l’environnement et de protection environnementale », a déclaré le ministre de l’Agriculture et de l’Agroalimentaire, Lyle Vanclief. « Les brise-vent représentent une méthode efficace et exigeant peu d’entretien pour diminuer la teneur en carbone des sols, tout en rehaussant l’aspect esthétique des paysages. Les brise-vent sont également efficaces pour réduire les impacts des sécheresses. »

M. Vanclief a ajouté que le Cadre stratégique agricole, accepté en principe par les ministres de l’Agriculture du Canada en juin dernier, prévoit le recours à la science et à la technologie pour trouver des façons de diminuer l’impact des activités agricoles sur l’environnement.

« Il est extrêmement important de maintenir une industrie de l’agriculture et de l’agroalimentaire économiquement saine et viable, mais il est tout aussi important de continuer, tout en visant ce succès commercial, à protéger l’environnement », a déclaré M. Vanclief.

Le ministre a en outre souligné que le Programme de brise-vent offre une protection environnementale aux champs agricoles et aux écosystèmes locaux tout en aidant le Canada à respecter ses engagements en vertu du protocole de Kyoto. Selon cet accord, le Canada réduira ses gaz à effet de serre de six pour cent par rapport aux niveaux de 1990 d’ici 2008-2012. Le protocole de Kyoto reconnaît que de bonnes pratiques environnementales à la ferme peuvent aider le sol à absorber le carbone et ainsi, réduire les gaz à effet de serre.

Le Programme amélioré des brise-vent prendra appui sur l’actuel programme de brise-vent du Centre, grâce auquel plus de 6 000 kilomètres de brise-vent sont plantés annuellement dans l’Ouest canadien. Les employés, de concert avec les collectivités agricoles et rurales et d’autres ministères fédéraux et provinciaux planteront 8 000 kilomètres de brise-vent dans le cadre du Programme, ce qui représente environ 8,5 millions d’arbres et d’arbustes. On estime que d’ici 2010, ces nouveaux brise-vent absorberont 300 000 tonnes de carbone atmosphérique.

Les producteurs agricoles, les ministères fédéraux et provinciaux et les propriétaires ruraux de plus de 39 acres (15,8 ha) recevront gratuitement des semences et des arbres de même que l’équipement nécessaire à l’application de paillis pour détruire les mauvaises herbes.

Le programme se déroule entre 2001 et 2006. D’ici 2003, on vise la plantation de 1 600 kilomètres de brise-vent et la mise en place de toute une série d’ateliers, de documents et d’activités pour lutter contre les mauvaises herbes afin d’aider les agriculteurs et les autres propriétaires ruraux à réussir la mise en place de brise-vent sur leur terre.

Les formulaires de demande du PAB sont disponibles au Centre d’aménagement de brise-vent d’AAC ou au bureau de district de l’ARAP.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Agriculture Canada

http://Aceis.AGR.CA/

Commentaires