DERNIÈRE INFOLETTRE

Ligne de temps

La météo, plus que jamais d’actualité

Feux de forêts, inondations, grêle et tempêtes de toutes sortes : les changements climatiques sont de plus en plus perceptibles et causent de plus en plus de dommages constate Environnement Canada qui a dressé sa liste des dix événements marquants de 2017. L’année qui vient de s’écouler a été la huitième année la plus chaude des 70 dernières années. La température moyenne a été 1,4 °C plus élevée que la normale durant cette période. Il s’agit de la 21e année consécutive au cours de laquelle la température était supérieure à la normale.

Parmi les dix événements, quatre ont affecté directement le Québec, soient la tempête hivernale de mars, les inondations du printemps, l’été froid et l’été qui s’est déplacé en automne. Ce dernier a d’ailleurs affecté l’ensemble du pays. En tête de liste des dix événements figure toutefois les feux de forêt. Le nombre de feux de forêt a été 66 % plus élevé que la normale, et la superficie incendiée a été quatre fois plus grande que la superficie habituelle. La Colombie-Britannique a connu la plus longue et la plus destructrice saison des feux de son histoire. En 2016, le feu de Fort McMurray avait aussi placé en tête de liste.

  1. La saison des feux de forêt la plus longue et la plus destructrice de l’histoire de la Colombie-Britannique
  2. La chaleur et la sécheresse dans l’Ouest
  3. Les inondations printanières au Québec et en Ontario
  4. Un hiver froid et enneigé en Colombie-Britannique
  5. Une autre inondation à Windsor : deux tempêtes du siècle en un an
  6. L’été fait faux-bond au centre du Canada
  7. Une nouvelle « tempête du siècle »
  8. L’été en septembre
  9. La bourrasque du Brier à Terre-Neuve
  10. La tempête de verglas au Nouveau-Brunswick

Les inondations en Ontario et au Québec ont été historiques : elles ont été les pires au Québec des 55 dernières années et le mois d’avril a été le 2e plus humide en 147 ans avec 156,2 mm. Le Bureau d’assurance du Canada a estimé les demandes les inondations printanières d’avril et de mai se sont soldées par 15 750 demandes d’indemnisation et 223 millions de dollars de dommages matériels. Au total, plus de 5 000 résidences ont été inondées.

L’été lui a décidé de faire faux bond avec le temps le plus pluvieux des 70 dernières années dans la région du fleuve Saint-Laurent. Le coupable est le courant-jet qui est demeuré au sud des Grands Lacs, apportant son lot de temps froid et de pluie. Environnement Canada note que l’hyper-saturation de 2017 a fait craindre pour les récoltes. « À la mi?juin, le maïs aurait dû germer, le premier foin aurait dû être fauché et mis en balles et le soja aurait dû être planté, mais les activités agricoles sont restées des semaines à la traîne jusqu’en septembre », note l’organisme.

Au 7e rang se glisse ce qui est qualifié de nouvelle tempête du siècle avec de 50 cm à 1 mètre de neige au Québec. La tempête monstrueuse a coûté la vie à cinq personnes et coincé des centaines d’autres dans une cascade d’accidents dans tout le sud. Sur une partie de l’autoroute 13, à Montréal, 300 automobilistes ont passé la nuit prisonniers dans leur voiture.

Septembre a pour sa part marqué l’année en brisant des records de chaleur un peu partout au Québec. Du 22 au 27 septembre, plus de mille records de chaleur ont été battus lorsque l’indice humidex a grimpé jusqu’à près de 40. La journée la plus chaude l’année a été enregistrée le 25 septembre avec des températures atteignant de 30 °C à 35° C. Des douzaines de villes de tout l’Est du Canada ont connu leurs mois de septembre et d’octobre les plus chauds dans les annales. Les ouragans comme Harvey et Irma qui sont arrivés tôt durant la saison ont déplacé le courant-jet, permettant à la chaleur de remonter vers le nord.

Pour le Québec, voici les dix événements les plus marquants de 2017 :

La préférence à la neige, non pas à la pluie verglaçante
Record de chute de neige au cours d’une seule journée en Gaspésie
Hiver doux
Écoulement hâtif de la sève d’érable
Tornades le jour de la fête des Pères
Fortes chutes de grêle en juillet
Tornade en Beauce en août
Fortes microrafales au Québec
L’été des contrastes au Québec
Tornade suspecte en octobre
Bombe météorologique avant l’Halloween

 

à propos de l'auteur

Journaliste

Céline Normandin est journaliste spécialisée en agriculture et économie. Elle collabore également au Bulletin des agriculteurs.

Commentaires