Ligne de temps

Les agriculteurs adoptent des comportements mauvais pour leur santé

Philippe Roy a déposé sa thèse en sciences sociales à l’Université Laval sur les comportements masculins face aux hauts niveaux de stress propres à la ferme. Le stress à la ferme est beaucoup plus élevé que dans les autres métiers, ce qui n’est pas une surprise.

La surprise vient du fait que les qualités que les agriculteurs démontrent dans leur métier les mènent à prendre de mauvaises décisions quand surgissent des situations difficiles. Autrement dit, leur autonomie et leur débrouillardise dans toutes sortes de situations les amènent à penser qu’ils sauront se débrouiller seuls, ce qui au contraire les isole encore plus au moment où ils auraient le plus besoin de  leur réseau social.

Les principales sources de stress pour un agriculteur sont sa ferme, la conciliation travail-famille et les conflits interpersonnels, indique le chercheur. «Plusieurs agriculteurs vivent une tension entre le souhait d’être des travailleurs acharnés comme leur père et, en même temps, celui d’être présents et engagés auprès de leurs enfants et de leur conjointe, comme les autres hommes de leur génération.»

«Comme la plupart des hommes», ajoute M.Roy, ils ont tendance à montrer peu d’intérêt pour leur santé et évitent de demander de l’aide.» Ces comportements vont mener à adopter des stratégies négatives telles que l’isolement social, l’investissement excessif dans le travail, et même les pensées suicidaires.

Une meilleure stratégie serait de reconnaitre une situation de crise, par exemple une rupture amoureuse. Les modèles dans le milieu peuvent aider par leur influence en montrant par exemple le bienfaits des  congés et des vacances, des activités sportives et sociales, et le soutien du réseau social.

«La principale recommandation de ma thèse consiste à aligner les agriculteurs sur leur sens des responsabilités, indique Philippe Roy. Il faut les amener à être responsables envers leur santé et leur bien-être, comme ils le sont envers leur famille et leur entreprise.»

Source: Université Laval

à propos de l'auteur

Journaliste

Céline Normandin est journaliste spécialisée en agriculture et économie. Elle collabore également au Bulletin des agriculteurs.

Commentaires