Les Américains veulent diminuer les droits de douane mondiaux à 25%

Washington (États-Unis), 25 juillet 2002 – Un nouvel accord commercial mondial devrait viser à ramener à 25% au maximum les droits de douane sur les produits agricoles, contre 62% en moyenne actuellement, a fait valoir l’administration Bush.

Robert Zoellick, représentant américain au Commerce, a dévoilé la proposition américaine pour le cycle de négociations en cours à l’Organisation mondiale du commerce. Elle requiert la limitation des subventions aux agriculteurs de chaque pays à 5% de la valeur de leur production agricole. Cela conduirait à une réduction de 100 milliards de dollars du montant des subventions.

Les Etats-Unis se sont attirés cette année les critiques du monde entier avec un nouveau programme agricole sur six ans qui fait s’envoler de quelque 67% les subventions américaines, notamment sur le maïs, le soja et le blé.

Lors d’une conférence de presse, Zoellick a déclaré que cette législation montrait que les Etats-Unis « protégeaient totalement » leurs intérêts tout en restant dans les limites fixées par l’OMC.

Depuis plusieurs semaines, les responsables américains font remarquer que tandis que les subventions des Etats-Unis à ses agriculteurs se limitent à 19,1 milliards de dollars par an, le Japon leur accordent 31 milliards et l’Union européenne 62 milliards.

Les Etats-Unis comptent présenter officiellement leur plan la semaine prochaine lors d’une réunion de l’OMC à Genève. Pour l’instant, les droits de douane agricoles américains s’élèvent en moyenne à 12%, tandis que les principaux concurrents des Etats-Unis — et marchés pour leurs exportations — comme l’UE et le Japon, dépassent largement la limite de 25% prévue par le projet de Washington.

La proposition américaine prévoit que les membres de l’OMC appliquant des droits de douane élevés consentiront à des réductions plus importantes que ceux qui sont déjà à des niveaux moins élevés. A terme, les droits de douane mondiaux s’établiraient de 15% en moyenne et aucun pays ne serait au-dessus de 25%.

Les Etats-Unis ont également proposé d’éliminer les subventions à l’exportation en cinq ans, mais l’UE a argué que d’autres formes de soutiens aux exportations, telles que les garanties de crédit, devaient elles aussi être remises sur la table.

Source : Reuters

Commentaires