Les électeurs de la Colombie-Britannique appuient l’étiquetage obligatoire des OGM

Vancouver (Colombie-Britannique), 19 janvier 2007 – La très grande majorité des résidents de la Colombie-Britannique croient que leur gouvernement devrait se ranger derrière le directeur de la santé publique (1) de la province et rendre obligatoire l’étiquetage des aliments contenant des organismes génétiquement modifiés (OGM). C’est du moins ce qui ressort d’un sondageréalisé par la firme Stratcom pour le compte de Greenpeace.

D’après les résultats de ce sondage, 79 % des résidents de laColombie-Britannique donnent leur appui à une loi qui exigerait l’étiquetageobligatoire. Cela préfigure toute l’importance que la question pourraitprendre lors de la prochaine campagne électorale de cette province en 2009.Quelle que soit l’appartenance politique des répondants, les aliments OGMsuscitent des inquiétudes, l’appui à l’étiquetage obligatoire étantparticulièrement important parmi les femmes (84 %), les électeurs de 39 à49 ans (84 %), les Verts (90 %) et ceux qui votent NPD (85 %).

« Les britanno-colombiens souhaitent massivement savoir ce qui se trouvedans leur assiette. Leurs exigences sont élevées : ils veulent savoir si leursaliments contiennent des OGM », affirme Josh Brandon, responsable de lacampagne OGM au bureau de Greenpeace à Vancouver. « Le gouvernement libéral duQuébec a déjà fait part de son engagement en faveur de l’étiquetageobligatoire, tandis que 45 pays pratiquent l’étiquetage des OGM. Lors desprochaines élections, les politiciens de C.-B. feraient mieux de prêter uneoreille attentive à ces exigences claires et concrètes de la population.Celle-ci a le droit de connaître ce qu’ont lui fait manger ».

Selon Greenpeace, ce sondage démontre une fois de plus que l’étiquetagedes OGM recueille un appui massif non seulement au Québec, mais aussi ailleursau Canada et notamment en Colombie-Britannique. « Le gouvernement du Québecdoit aller de l’avant maintenant avec l’étiquetage obligatoire des OGM auQuébec comme le PLQ l’avait promis en 2003 » déclare Eric Darier, responsablede la campagne OGM au bureau de Montréal. « Jean Charest doit se tenir deboutet étiqueter les OGM, et ce même si Ottawa et Washington refusent pourl’instant. Ainsi, le Québec et la Colombie-Britannique pourraient devenir leschefs de file en cette matière et instituer des précédents en Amérique duNord. Espérons que cela incitera le gouvernement de Jean Charest à fairepreuve de leadership » conclut Eric Darier.

601 électeurs qui auront le droit de voter lors des prochaines électionsprovinciales de la C.-B. ont participé au sondage de Stratcom, mené du 23 au30 novembre 2006. Sa marge d’erreur est de plus ou moins 4,0 %. Un exemplairede ce sondage est disponible sur demande.

Note : (1) Rapport annuel, p. 140. www.health.gov.bc.ca/pho/pdf/phoannual2005.pdf

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Greenpeace Canada
http://www.greenpeacecanada.org/

Commentaires