Les ministres déçus par l’absence de progrès dans les pourparlers à l’OMC

Ottawa (Ontario), 1er juillet 2006 – Le ministre du Commerce international, l’honorable David L. Emerson, et le ministre de l’Agriculture et de l’Agroalimentaire et ministre de la Commission canadienne du blé, l’honorable Chuck Strahl, se sont dits déçus de l’absence de progrès dans les négociations de l’Organisation mondiale du commerce (OMC) sur le Programme de développement de Doha menées lors d’une réunion ministérielle informelle qui s’est tenue cette semaine à Genève, en Suisse. Les ministres représentant les principaux membres de l’OMC s’étaient en effet réunis pour chercher à faire avancer les dossiers clés des négociations sur l’accès aux marchés agricoles et non agricoles.

« Les membres de l’OMC ont déployé des efforts importants pour en arriver à un accord, mais l’écart entre les positions de négociation de chacun s’est révélé trop grand pour être comblé pendant cette réunion, a déclaré le ministre Emerson. Les économies ouvertes, comme celle du Canada, ont beaucoup à gagner du système de commerce multilatéral, et nous allons continuer de travailler de près avec les autres membres de l’OMC pour aplanir nos différences dans ces négociations. »

« Nous sommes venus ici à la recherche d’un résultat positif pour l’ensemble du secteur agricole canadien, y compris les industries à offre réglementée et celles axées sur l’exportation, a pour sa part déclaré le ministre Strahl. Il est dans le meilleur intérêt non seulement des agriculteurs canadiens, mais aussi des pays en développement, d’en arriver à une conclusion ambitieuse du Cycle de Doha. C’est là une occasion qui ne se présente qu’une fois par génération. »

Le Canada continue de soutenir un ambitieux résultat dans les négociations de Doha, car sa prospérité économique dépend, aujourd’hui comme demain, d’un meilleur accès aux marchés mondiaux pour ses produits manufacturés et agricoles, ses services et ses ressources naturelles. L’OMC constitue aussi la meilleure tribune pour favoriser une intégration plus poussée des pays en développement à l’économie mondiale.

Malgré l’absence de progrès à cette réunion, les négociations de Doha ne sont pas terminées. Le Canada demeure pleinement engagé à cet égard, et travaillera en étroite collaboration avec les autres membres de l’OMC afin de promouvoir ses intérêts dans le cadre de ce processus. Nous exhortons les membres à redoubler d’efforts pour aplanir leurs différences dans les dossiers clés, y compris les formules de réduction tarifaire, les subventions agricoles ainsi que la sélection et le traitement des produits sensibles et des produits spéciaux.

Pour assurer notre prospérité économique future, nous allons, parallèlement à nos efforts multilatéraux, continuer de poursuivre des initiatives commerciales régionales et bilatérales.

Les ministres ont apprécié le soutien des nombreux représentants provinciaux et de l’industrie sur place à Genève. Leur présence témoigne clairement de l’importance de ces négociations pour les Canadiens, et le gouvernement du Canada continuera de consulter activement tous les intervenants au fur et à mesure du déroulement des négociations.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Agriculture Canada
http://Aceis.AGR.CA/

Ministère des Affaires étrangères et du Commerce international
http://www.dfait-maeci.gc.ca/

Commentaires