Les nutraceutiques et les aliments fonctionnels : une nouvelle filière économique

Québec (Québec), 23 janvier 2001 – Le ministre de l’Environnement, ministre du Revenu et ministre responsable de la région de la Capitale Nationale, monsieur Paul Bégin, procédait le 23 janvier à l’inauguration du laboratoire pilote de l’Institut des nutraceutiques et des aliments fonctionnels de l’Université Laval, en présence du recteur monsieur François Tavenas et du directeur de l’Institut, monsieur Paul Paquin.

La mise sur pied du laboratoire a été rendue possible grâce à une contribution financière de 1,5 M$ du Bureau de la Capitale Nationale. Selon le ministre Bégin, « ce laboratoire pilote pave la voie à une nouvelle filière économique dans la région de la Capitale Nationale. De nouvelles entreprises apparaîtront au cours des prochains mois dans ce domaine et des emplois de qualité s’en trouveront disponibles. »

La filière des nutraceutiques et des aliments fonctionnels est un projet exemplaire en ce sens qu’il réunit dans la région de la Capitale Nationale des chercheurs de l’Université Laval à la fine pointe d’un domaine d’expertise en pleine expansion au niveau international, qui combinent leurs efforts avec des entreprises de la nouvelle économie et en particulier du secteur agroalimentaire, secteur où la région excelle.

De nouvelles entreprises de la région, telles que Advitech Solutions, Atrium Biotechnologies, Biopharmacopae Design International, Bioxel Pharma, Biozimes, Médicago, Gelkem, Protéotech, TGN Biotech et Trémollières Aliments fonctionnels consacrent une part importante de leur chiffre d’affaire aux activités de R&D et y affectent plus du quart de leurs employés, ce qui correspond bien à l’orientation technologique de notre région.

A ces nouvelles entreprises, il faut bien sûr ajouter nos piliers du secteur agroalimentaire québécois que sont le Groupe Brochu-Lafleur, Internova, Biscuits Leclerc, Culinar (division Saputo) et le Groupe Breton.

Le gouvernement du Québec, en accord avec les partenaires stratégiques régionaux, s’est donné comme mandat de diversifier l’économie de la région de la Capitale Nationale et le ministre Bégin tenait à souligner leur contribution dans ce processus : « Avec l’Université Laval, le Parc technologique, les incubateurs d’entreprises et les sociétés de capital de risque présentes auprès de nos entrepreneurs et de nos chercheurs, il est très clair que la région va réussir à relever ce défi. »

En terme de contribution à l’effort de diversification économique, on estime à une quinzaine le nombre de projets industriels entraînés par les activités de recherche de l’Institut des nutraceutiques et des aliments fonctionnels au cours des cinq prochaines années. Ces projets devraient créer environ 600 emplois directs et indirects dans la grande région de la Capitale Nationale et engendrer une vingtaine de millions de dollars en retombées économiques.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Ministère de l’Environnement du Québec

http://www.menv.gouv.qc.ca

Commentaires