Les Québécois font confiance à leur agriculture

Saint-Hyacinthe (Québec), 17 octobre 2001 – Dans le cadre du Rendez-vous des décideurs de l’agriculture et de l’agroalimentaire québécois, l’Union des producteurs agricoles (UPA) a dévoilé les résultats d’un sondage Léger Marketing qui démontrent que l’agriculture a nettement la faveur auprès des Québécois et des Québécoises.

Sur de nombreux paramètres, les réponses révèlent une opinion nettement favorable de l’ensemble de la population à l’endroit du secteur agricole et des agriculteurs. Il se trouve, par exemple, 98 % de Québécois et de Québécoises pour considérer que l’agriculture est importante pour l’économie du Québec. Ils sont également très favorables à son développement, estimant à 90 % qu’elle doit continuer à miser sur l’exportation pour poursuivre son essor.

Pour le président de l’UPA, M. Laurent Pellerin, ces chiffres font du bien et vont dissiper bien de fausses idées en établissant clairement des faits. “Les producteurs et productrices agricoles, a-t-il souligné, ont toujours cru à l’importance de leurs activités dans l’économie, aussi bien nationale que régionale, et leur organisation a travaillé d’arrache-pied à faire reconnaître leur contribution. Le message a fini par porter, constate-t-il, et c’est tant mieux parce que c’est vrai”.

Quand il s’agit de la qualité des produits agricoles, les Québécois sont tout aussi positifs. C’est avec assurance en effet qu’ils s’en remettent au travail des producteurs, estimant à 96 % que ces derniers produisent des aliments de qualité. La population a également une opinion très favorable à l’endroit des agriculteurs en ce qui concerne l’agroenvironnement, puisque huit Québécois sur dix leur font confiance pour qu’ils adaptent leurs pratiques de façon à mieux protéger l’environnement.

Ces derniers résultats font dire au président de l’UPA que les agriculteurs sont loin d’être seuls à faire le pari du développement durable puisqu’une nette majorité de la population croit en eux pour relever le défi. Et il se réjouit du fait qu’en dépit des crises qui ont secoué l’agroalimentaire mondial ces dernières années, les Québécois restent confiants dans leurs produits agricoles.

Les Québécois sont tout aussi logiques avec eux-mêmes quand il est question du soutien de l’Etat envers l’agriculture. Ils sont en effet 85 % à affirmer que le gouvernement doit soutenir financièrement son développement. Et quand il s’agit d’environnement, ils sont encore plus catégoriques, puisque 94 % considèrent que l’Etat doit appuyer les producteurs et productrices agricoles dans la mise en place de mesures visant à accélérer leurs efforts agroenvironnementaux.

A l’approche imminente d’un prochain budget “antimorosité”, cela devrait, espère M. Pellerin, constituer un signal clair pour rappeler au gouvernement l’importance de miser sur le dynamisme de l’agriculture et de l’agroalimentaire, à plus forte raison que la vitalité de ces secteurs entretient aussi celle des régions.

Le président de l’UPA a d’autre part souligné que ce sondage jette un baume agréable sur le coeur de ceux et celles qui croient en la nécessité d’une organisation agricole comme l’UPA, puisque huit Québécois sur dix considèrent qu’il est important pour l’essor de l’agriculture que les producteurs et les productrices agricoles soient regroupés au sein d’une seule organisation forte et représentative.

Mentionnons, en terminant, que ce coup de sonde, commandé par l’UPA auprès de la firme de sondage Léger Marketing, a été mené entre les 18 et 24 septembre 2001 auprès d’un groupe de 1001 personnes formant un échantillon représentatif de toute la population québécoise. La marge d’erreur est de plus ou moins 3,1 % dans un intervalle de confiance de 95 %.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Union des producteurs agricoles (UPA)

http://www.upa.qc.ca/

Commentaires