Les stocks de céréales ont considérablement diminué au Canada

Ottawa (Ontario), 9 septembre 2002 – Les stocks totaux de céréales, de graines oléagineuses et de cultures spécialisées dans les fermes ont considérablement diminué par rapport à 2001 et se situaient bien en deçà de la moyenne décennale. Le niveau peu élevé des stocks est la conséquence directe de la faible production de 2001, qui a aussi entraîné une diminution des exportations et de l’utilisation intérieure. Le resserrement des stocks, conjugué à une autre récolte désastreuse, fera de 2002 l’une des années les plus difficiles pour l’agriculture dans l’Ouest canadien.



























































































Stocks totaux de céréales au 31 juillet
  2001 2002 2001 à 2002
en milliers de tonnes var. en %
Tout le blé 9 658 6 488 -33
Blé, sauf le blé dur 6 786 4 859 -28
Blé dur 2 872 1 629 -43
Orge 2 516 1 993 -21
Canola 1 088 1 215 12
Avoine 854 365 -57
Lin 259 189 -27
Lentilles 256 131 -49
Pois secs 195 275 41
Graines de moutarde 105 33 -69
Seigle 77 49 -36
Graines de l’alpiste des Canaries 70 30 -57
Graines de tournesol 46 22 -52

Diminution des stocks de blé à la ferme

Les stocks de blé à la ferme ont été estimés à 1,4 million de tonnes métriques, en baisse de 48 % comparativement à 2,7 millions de tonnes en 2001. Ce niveau est inférieur à la moyenne décennale de 2,1 millions de tonnes. La quasi-totalité de l’ensemble des stocks de blé à la ferme se trouve dans l’Ouest canadien.

Les stocks commerciaux de blé ont fléchi de 27 % par rapport à 2001, se situant à 5,1 millions de tonnes. C’est moins que la moyenne décennale de 6,4 millions de tonnes, mais plus que le creux de 4,2 millions de tonnes atteint en 1989.

Les exportations de blé ont régressé en raison de la diminution des approvisionnements. Toutefois, la mouture et l’alimentation pour le bétail ont continué d’augmenter. L’utilisation du blé dans les rations des animaux s’est accrue au cours des deux dernières années, l’approvisionnement en produits traditionnels comme l’orge s’étant resserré.

Les stocks de blé dur ont connu le plus net repli, les stocks à la ferme chutant de 56 % par rapport à 2001 pour atteindre 520 000 tonnes. Les exportations sont demeurées stables, malgré la réduction des stocks occasionnée par la faible récolte de 2001. Les stocks commerciaux ont reculé de 34 % pour s’établir à 1,1 million de tonnes.

Les stocks d’orge à la ferme chutent

Les stocks d’orge à la ferme ont fléchi de 27 % par rapport à 2001 pour se fixer à 1,3 million de tonnes. Les stocks commerciaux d’orge ont légèrement reculé, atteignant 688 000 tonnes. Les fermes de la Saskatchewan ont subi la diminution la plus importante, leurs stocks d’orge ayant chuté de 45 % pour atteindre 300 000 tonnes. Le resserrement des stocks d’orge, conjugué à la mauvaise récolte de 2002, fera en sorte que les prix des aliments pour animaux demeureront élevés tout au long de l’année. La faiblesse des approvisionnements en aliments pour animaux propulsera les importations de maïs par rapport à leur sommet de 3,7 millions de tonnes estimé pour la campagne agricole de 2001-2002.

Des niveaux plus faibles que jamais pour les stocks de cultures spécialisées

Les stocks à la ferme de cultures spécialisées ont été nettement plus faibles, en raison des mauvaises conditions de croissance en 2001. Les prix élevés des graines de l’alpiste des Canaries et des graines de moutarde ont également incité les producteurs à en vendre et ont entraîné une réduction des stocks à la ferme. Les stocks de graines de l’alpiste des Canaries ont chuté de 70 % par rapport à 2001 et ont atteint un creux sans précédent de 15 000 tonnes. Les stocks de graines de moutarde ont fléchi de 80 %, ce qui les a ramenés au creux de 10 000 tonnes établi en 1999. Les stocks de lentilles ont diminué de 55 % pour se fixer à 96 000 tonnes. Les stocks de graines de tournesol ont reculé de 63 %, se fixant à 15 000 tonnes, ce qui constitue un niveau jamais atteint favorisant ainsi les importations.

Les pois secs de grande culture sont la seule culture spécialisée dont les stocks à la ferme ont augmenté par rapport à 2001. Les stocks de pois ont crû de 52 % par rapport au niveau anormalement faible de 2001 et ont atteint 190 000 tonnes.

Les stocks d’avoine diminuent, égalant ainsi le creux enregistré en 1996

Les stocks d’avoine à la ferme ont fléchi de 59 % par rapport à 2001 pour s’établir à 305 000 tonnes, soit le même niveau que celui observé en 1996. Un repli de 42 % a ramené les stocks commerciaux à 60 000 tonnes, soit un peu moins que le creux atteint en 1992.

Augmentation des stocks de canola

Les stocks totaux de canola ont progressé de 12 % par rapport à 2001, atteignant 1,2 million de tonnes. Se fixant à 590 000 tonnes, les stocks de canola à la ferme sont demeurés inchangés par rapport à 2001. Cependant, les stocks commerciaux étaient 28 % plus élevés, ayant atteint 625 000 tonnes. Bien que la production de 2001 ait été de 2,2 millions de tonnes moins élevée qu’en 2000, le fléchissement a été largement contrebalancé par la réduction du programme d’exportation et la diminution de la transformation au pays.

Chute des stocks de soya

La faible récolte de soya dans l’Est canadien en 2001 s’est soldée par un repli des stocks à la ferme à la fin juillet. Les stocks à la ferme ont fléchi de 68 %, atteignant ainsi 45 000 tonnes. La plus forte variation est survenue en Ontario, où les stocks à la ferme ont diminué de 70 %, s’établissant à 30 000 tonnes.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Statistiques Canada

http://www.statcan.ca/

Commentaires