L’été se fera attendre

Le printemps sera frais et humide. L’été se fera attendre, puis il se terminera tout en chaleur. C’est le météorologue du Bulletin des agriculteurs qui le dit!

Joint à son repère au Minnessota, Frank Waston nous a livré le portrait qu’il dresse pour la prochaine saison de culture au Québec.

« Nous connaîtrons un départ frais, avec une arrivée chaude », a illustré celui qui réalise la page météo du Bulletin depuis de nombreuses années.

Ce printemps, les champs resteront humides longtemps, de sorte que les semis seront retardés d’une dizaine de jours, prévoit Frank Watson. L’ouest du Québec sera légèrement moins touché par les précipitations printanières, nuance-t-il.

« Je ne crois pas qu’il y aura de problème avec les ensemencements. De plus, les cultures ont une étonnante capacité à se rattraper rapidement. »

Une fois les semis terminés, l’été se fera attendre. Mai et juin seront plus frais qu’à l’habitude. « Les gens se demandront : quand est-ce que l’été va enfin arriver? », prédit Frank Watson.

À partir du mois de juillet, l’été devrait être plus chaud qu’à la normale.

Frank Watson est installé au nord des villes jumelles de Minneapolis et St. Paul. Il utilise entre autres les données d’Environnement Canada et celles des services gouvernementaux des États-Unis. Une bonne part des systèmes météorologiques qui touchent l’est du Canada proviennent des États-Unis, dit-il.

Ses pronostics sont aussi alimentés par sa propre station météorologique, installée dans sa cour. De plus, il suit de près et enregistre minutieusement le passage des oiseaux migrateurs, la coulée des érables et l’émergence des bourgeons.

« Je ne surveille pas seulement la température et les précipitations, affirme Frank Watson. Le comportement des animaux et des plantes est très révélateur. Les animaux sont très sensibles à la météo. »

Avril humide
Le soleil d’aujourd’hui (mardi 19 avril) sera bien éphémère. D’après les prévisions de MétéoMédia, les deux prochaines semaines seront particulièrement humides. Tout indique que ce ne sera pas avant le mois de mai que nous connaîtrons trois jours d’ensoleillement consécutifs.

Les températures resteront fraîches pour le reste de la semaine, avec risque de gel vendredi dans plusieurs des régions du Québec.

À partir de la fin de semaine prochaine, les températures minimales resteront au-dessus des normales.

L’Abitibi-Témiscamingue connaîtra encore quelques épisodes de neige. Sur le sud du Québec, à partir de la semaine prochaine, les températures devraient rester au-dessus des 5 degrés C.

À lire aussi :
Printemps sec en France

à propos de l'auteur

André Dumont's recent articles

Commentaires