L’Indice agricole Scotia recule en avril

Toronto (Ontario), 22 mai 2008 – L’Indice Scotia des prix des produits de base,qui mesure la tendance des prix de 32 des principales exportationscanadiennes, a atteint de nouveaux points culminants en avril, les sommetsrecord se succédant d’un mois à l’autre cette année. L’Indice global a bondide 5,7 % par rapport à mars et se situe actuellement à 197,2 % au-dessus ducreux cyclique enregistré en octobre 2001. Durant cette même période de6,5 ans, la phase ascendante actuelle a dépassé la forte progression survenueau cours des années 70 à la suite de l’embargo pétrolier arabe.

Ce mois-ci, le rapport sur l’Indice des prix des produits de base inclutun commentaire spécial sur les perspectives liées au pétrole et au gaz.Patricia Mohr, vice-présidente d’Etudes économiques Scotia et spécialiste dumarché des produits de base à la Banque Scotia, note que les prix du WestTexas Intermediate (WTI) ont franchi un nouveau record de 133,72 $ US le barilen cours de séance du Nymex le 21 mai, soit plus du double du niveau de 63,53$US atteint douze mois plus tôt.

« A la suite d’une analyse détaillée de l’évolution de l’offre et de lademande mondiales, qui semble indiquer des approvisionnements hors OPEPextrêmement serrés, nous révisons à la hausse nos prévisions des prix du WTI,les situant en moyenne à 125 $ US pour 2008, en supposant des prix de 140 $ USau second semestre de l’année, et entre 135 $ US et 140 $ US pour 2009 »,affirme Mme Mohr. « Les prix devraient demeurer élevés durant le reste de ladécennie. »

Parmi les nombreuses raisons évoquées par les observateurs pour expliquerla flambée des prix du pétrole, mentionnons :
– les subventions gouvernementales accordées dans bon nombre des pays émergents d’Asie et du Moyen-Orient, lesquelles maintiennent les prix à la consommation de l’essence et du diesel en deçà des niveaux mondiaux, limitant l’incidence des prix record du brut sur la demande; et
– les investissements importants dans les biens durables tels le pétrole en tant que couverture contre la faiblesse du dollar américain et les risques d’inflation découlant des prix élevés des aliments et de l’énergie.

« Bien que ces facteurs soient importants, notre propre analyse indiqueque les difficultés liées à la mise en service de nouveaux champs pétroliersdans des régions hors OPEP sont responsables en majeure partie de laprogression spectaculaire actuelle des prix du brut », indique Mme Mohr. « Lesrisques géopolitiques liés à l’approvisionnement pèsent lourd dans un monde oùl’industrie pétrolière tourne quasiment à plein régime. L’intérêt manifestépour les fonds de couverture reflète essentiellement la perception de stockstrès bas et d’une rareté de ressources et ne représente pas une simple bulle.Il importe de mentionner que le dollar américain s’est en fait stabilisédepuis la fin mars et n’a eu qu’une faible incidence sur la progression desprix, qui sont passés de 100 $ US à 133 $ US. »

Outre les sables bitumineux de l’Alberta, la Russie et le Kazakhstanseraient deux des régions les plus susceptibles de pouvoir alimenter lesstocks mondiaux. La Russie, deuxième exportateur mondial de pétrole aprèsl’Arabie saoudite, suscitait beaucoup d’espoirs au début de la décennie, saproduction annuelle ayant augmenté de 712 000 barils par jour de 2001 à 2004et de 238 000 barils par jour de 2006 à 2007. Cependant, la production a chutéau cours des quatre premiers mois de 2008 et cette année, elle devrait, dansle meilleur des cas, être stagnante, voire à la baisse.

La hausse de la consommation de pétrole en Chine, dans d’autres paysd’Asie et au Moyen-Orient d’un nombre estimatif de 950 000 barils par joursera la grande responsable de la croissance de la demande mondiale en 2008, laconsommation des pays du G7 reculant d’environ 420 000 barils par jour,surtout aux Etats-Unis, et la demande dans le reste du monde progressant de480 000 barils par jour, pour une augmentation globale de un million de barilspar jour. En Asie, la croissance de la demande risque d’être encore plusimportante, compte tenu de la forte croissance de 11 % de la consommationapparente en Chine sur douze mois en mars, satisfaite par des importationsmassives de gas-oil (diesel) utilisé en agriculture et comme combustibled’appoint en cas de pannes de centrales électriques alimentées au charbon ouau gaz.

Les subventions gouvernementales visant à réduire les tensionsinflationnistes protègent les consommateurs de bon nombre de pays émergentsd’Asie et de certaines régions du Moyen-Orient et de l’Amérique latine(Brésil) contre les prix exorbitants du brut. A titre d’exemple, à la mi-mai,les prix de l’essence au détail en Chine, à 0,77 $ US le litre, et enMalaisie, à 0,58 $ US le litre, sont nettement inférieurs à ceux de 1,01 $ USaux Etats-Unis et de 1,30 $ US au Canada (comprenant les taxes dugouvernement). Des subventions sont également offertes en Inde, à Taiwan et enThailande, en dépit des énormes ponctions qu’elles représentent pour lestrésors publics. En Inde, à 1,14 $ US dans quatre villes, les prix au détailsont relativement élevés, probablement en raison des taxes perçues par lesgouvernements d’Etat.

Les prix record du brut, élément central du prix de l’énergie, fontnaturellement grimper les prix de l’ensemble des ressources énergétiques. Lesprix Nymex du gaz naturel se sont raffermis, passant d’un modeste 7,39 $ US lemmbtu au quatrième trimestre de 2007 à 11,64 $ US, hausse bien accueillie parles entreprises de forage albertaines en difficulté.

« Compte tenu de la vigueur soutenue prévue quant aux prix du brut, nousavons révisé à la hausse les prix Nymex du gaz naturel, les fixant en moyenneà 11 $ US le mmbtu pour 2008 et à 11 $ US pour 2009 », a précisé Mme Mohr.« Toutefois, avec la mise en service de nouveaux trains de LGN au Moyen-Orient(au second semestre de 2008 et en 2009) et une dynamisation de la productiondes Etats-Unis, le gaz naturel nord-américain pourrait demeurer relativementavantageux. »

L’Indice des métaux et des minéraux a dominé en avril, gagnant 12,1 %d’un mois à l’autre. Bien que la plupart des prix des métaux de base et desmétaux précieux aient reculé, les énormes gains liés au charbon à coke et à lapotasse au port de Vancouver ont propulsé le sous-indice vers un nouveausommet. Les prix du charbon à coke dur de qualité supérieure provenant del’Ouest canadien ont explosé, passant de 93 $ US à 300 $ US la tonne. L’Indicedes produits forestiers s’est également raffermi en avril. Cependant, l’Indiceagricole a nettement reculé, les prix du blé étant à la baisse, après avoiratteint un sommet exceptionnel à la fin de février.

Etudes économiques Scotia propose à sa clientèle une analyse approfondiedes facteurs qui façonnent les perspectives du Canada et de l’économiemondiale, notamment l’évolution macroéconomique, les tendances des marchés dechange et des capitaux, le rendement des produits de base et de l’industrieainsi que les enjeux relatifs aux politiques monétaires, fiscales etgouvernementales.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Banque Scotia
http://www.scotiabank.ca./ScotiabankFr/index.html

Commentaires