L’Ontario demande au fédéral de défendre la gestion de l’offre intérieure lors des entretiens de l’OMC

Toronto (Ontario), 25 juin 2007 – L’Ontario demande au gouvernement fédéral de négocier une excellente entente pour l’agriculture canadienne, y compris ses secteurs à offre réglementée, lors des négociations de l’Organisation mondiale du commerce, a déclaré Leona Dombrowsky, ministre de l’Agriculture, de l’Alimentation et des Affaires rurales. La ministre transmettra son message de soutien inébranlable aux rencontres fédérales/provinciales/territoriales sur l’agriculture qui auront lieu cette semaine à Whistler, en Colombie-Britannique.

« Les exploitants de fermes laitières et les aviculteurs de l’Ontario, ainsi que le système de gestion de l’offre qui les appuie, sont les pierres angulaires de notre industrie agricole et nous devons les préserver », a affirmé Mme Dombrowsky. « Notre système de commercialisation interne unique fait depuis longtemps la force de ces secteurs et toute menace à ce système est une menace explicite au bien être de nos communautés agricoles et rurales. »

Mme Dombrowsky a déposé une motion à Queen’s Park en décembre 2005 qui a mené à un engagement unanime multipartite à l’égard du maintien du système de gestion de l’offre de l’Ontario. Ce soutien a été réitéré par une deuxième motion en mai dernier.

Les récents commentaires du ministre fédéral de l’Agriculture, Chuck Strahl, et du ministre fédéral du Commerce, David Emerson, concernant la gestion de l’offre ont semé la consternation dans les milieux agricoles. Ces derniers croient que le gouvernement fédéral s’apprête à abandonner la position de négociation du Canada à l’OMC à l’égard de la gestion de l’offre.

Les négociations actuelles à l’OMC préconisent des réductions significatives des tarifs sur les produits jugés sensibles, ce qui entraverait un élément clé de la gestion de l’offre. L’orientation actuelle des négociations de l’OMC inquiète vivement l’industrie et il est impératif que le Canada se fasse le champion de la gestion de l’offre à la table de négociation internationale.

« Les négociations arrivent à une étape critique. Il est temps que le Canada commence à défendre ses intérêts sur la scène mondiale », a poursuivi Mme Dombrowsky. « Le premier ministre Harper et les ministres Strahl et Emerson doivent négocier des conditions à l’OMC qui dégageront des résultats positifs pour les agriculteurs canadiens, y compris ceux des secteurs à offre réglementée. L’Ontario considère inacceptable une entente qui se fait aux dépens des intérêts d’un secteur clé de notre économie agricole. »

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Ministère de l’agriculture, de l’alimentation et des affaires rurales de l’Ontario
http://www.omafra.gov.on.ca/french/index.html

Commentaires