L’UE rejette un nouveau projet remanié de l’OMC sur l’agriculture

Bruxelles (Belgique), 19 mars 2003 – La Commission européenne a rejeté un projet remanié présenté par l’Organisation mondiale du Commerce (OMC) sur les modalités des négociations agricoles, qui est « largement identique » au premier projet, et présente de « sérieux déséquilibres », selon Bruxelles.

Stuart Harbinson, président du groupe de négociation sur l’agriculture de l’OMC, a présenté mardi à Genève un projet remanié qui de son propre aveu comporte peu de changement par rapport à son premier texte présenté le mois dernier et qui avait été rejeté par l’UE.

« Nous apprécions les efforts de M. Harbinson, mais son nouveau texte ne permet pas de rapprocher les membres de l’OMC », ont estimé les commissaires européens au Commerce Pascal Lamy et à l’Agriculture Franz Fischler.

Le deuxième projet de M. Harbinson est « largement identique au premier » et « présente de sévères déséquilibres à l’encontre des pays en développement les plus faibles » et reste « favorable aux plus gros exportateurs » de produits agricoles, ont-ils estimé.

La Commission espère que dans les négociations agricoles internationales « le réalisme va prévaloir contre les attentes irréalistes » à Genève.

Les modalités des négociations sur l’accès aux marchés agricoles doivent être fixées d’ici le 31 mars.

M. Harbinson avait précisé mardi qu’il fallait considérer son projet remanié « comme une révision initiale et limitée de certains éléments du premier ». Il a expliqué qu’il n’avait pas pu aller plus loin car les « suggestions » émises par les membres de l’OMC sont restées « très éloignées » les unes des autres.

L’UE avait accusé le premier projet de M. Harbinson de demander plus de sacrifices à l’UE qu’aux autres grands exportateurs agricoles comme les Etats-Unis ou les pays du Groupe de Cairns (Australie, Canada, Brésil, etc).

Les Quinze avaient dévoilé en janvier leurs propres propositions pour les négociations agricoles à l’OMC, suggérant notamment une baisse de 45% des subventions à l’exportation, de 55% du soutien aux produits agricoles et une réduction globale de 36% en moyenne des droits de douane.

Source : AFP

Commentaires