L’Université McGill et le CRDI lancent le projet « Vers un paysage comestible » dans trois villes

Ottawa (Ontario), 16 septembre 2004 – Au Forum urbain mondial tenu àBarcelone, en Espagne, l’Université McGill et le Centre de recherches pour ledéveloppement international (CRDI), deux établissements canadiens, ont annoncéle lancement d’un nouveau projet de recherche d’envergure mondialequi pourrait avoir une influence considérable sur la façon dont lesurbanistes, les architectes et les édiles municipaux envisageront les villesde l’avenir.

Le projet Vers un paysage comestible, qui durera trois ans, démontrera qu’il y a lieu de valoriser l’intégration permanente de l’agriculture à l’aménagement urbain et à l’architecture domiciliaire. Avec l’aide du CRDI, le Groupe sur le logement àcoût modique de l’Université McGill et le Programme de gestion urbaine duProgramme des Nations Unies pour les établissements humains (ONU-HABITAT)coordonnent les travaux de recherche qui seront exécutés dans trois villes :Colombo, au Sri Lanka, Kampala, en Ouganda, et Rosario, en Argentine.

« On perçoit les villes modernes comme des centres de consommationalimentaire et les zones rurales comme étant vouées à la production », selon leprofesseur Vikram Bhatt, qui dirige le Groupe sur le logement à coût modiquede l’Université McGill. « Concepteurs et urbanistes ont tendance à créer despaysages urbains qui sont beaux, et non utiles. Mais il existe déjà plusieurstypes d’agriculture urbaine dans le monde (jardins aménagés sur les balcons,élevages avicoles et autres). Ce que nous apprendrons dans ces trois villespermettra d’enrichir le paysage urbain aussi bien au Nord qu’au Sud. »

Dans chacune des trois villes, une équipe comprenant des fonctionnairesmunicipaux, des architectes et des urbanistes travaillera en étroitecollaboration avec la population locale. Les chercheurs mettront à l’essaidivers modes d’intégration des jardins potagers à l’architecture domiciliaireafin de démontrer les avantages de l’agriculture urbaine. On a choisi lestrois villes au moyen d’un concours et de façon à tenir compte tant de labiodiversité de la planète que de différentes formules permettant d’associervie urbaine, travail et production alimentaire.

Etant donné l’essor sans cesse croissant de l’urbanisation, les villes,où qu’elles soient – mais surtout dans les pays en développement – doiventrelever des défis de plus en plus grands pour ce qui est d’offrir à leurshabitants une eau propre, des installations sanitaires adéquates et lasécurité alimentaire. Ce projet, qui améliorera les conditions de logement,augmentera le revenu et assurera la sécurité alimentaire des démunis,contribuera à la réalisation des objectifs de développement des Nations Uniespour le millénaire.

Les résultats du projet Vers un paysage comestible seront présentés auForum urbain mondial 2006 de l’ONU-HABITAT à Vancouver, au Canada.

Le Centre de recherches pour le développement international, organismecanadien, est un des chefs de file mondiaux de la production et del’application de connaissances nouvelles afin de relever les défis dudéveloppement international. Depuis plus de 30 ans, le CRDI collaboreétroitement avec des chercheurs des pays en développement à la recherche demoyens d’édifier des sociétés en meilleure santé, plus équitables et plusprospères.

Chef de file des universités canadiennes à fort coefficient de recherche,l’Université McGill jouit d’une réputation mondiale en raison de ses travauxsavants et de ses découvertes scientifiques. Ses 21 facultés et écolesprofessionnelles offrent plus de 300 programmes, du baccalauréat au doctorat.Les deux campus de l’université sont situés à Montréal, au Canada. Rattaché àl’Ecole d’architecture de l’Université McGill, le Groupe sur le logement àcoût modique, voué à l’éducation et à la recherche, s’est doté d’uneorientation internationale prêtant attention aux problèmes que connaissent lesétablissements humains dans les pays pauvres.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Université McGill
http://www.mcgill.ca/

Commentaires